Le Havre : un vaccinodrome au Stade Océane mécontente les médecins généralistes

Le gouvernement projette d'implanter une trentaine de vaccinodromes en France. Au Havre, ce vaste centre de vaccination contre le Covid pourrait être installé au Stade Océane et opérationnel dès samedi. Une stratégie qui mécontente les médecins généralistes.

© H. Guiraudoux, FTV

Le gouvernement avait promis d'accélérer la campagne de vaccination, notamment en mettant en place de vastes centres de vaccination disséminés sur tout le territoire français. 35 vaccinodromes sont ainsi à l'étude, dont trois en Normandie, à Rouen, Dieppe et le Havre

Au Havre, ce centre devrait être installé au Stade Océane, et opérationnel dès samedi 27 mars pour la vaccination des plus de 70 ans. Au regard de sa capacité d'accueil, 1000 à 2000 injections pourraient être effectuées quotidiennement dans l'antre des Ciels et Marine.

Des professionnels de santé mécontents

Ce qui est à priori une bonne nouvelle chagrine pourtant les professionnels de santé et en particulier les médecins généralistes qui se sentent écartés de la stratégie vaccinale du gouvernement. D'autant qu'ils connaissent bien leurs patients, et préconisent naturellement ce lien de confiance et de proximité. A l'instar de Thierry Canuel, médecin généraliste au Havre qui vaccine dans son cabinet une dizaine de personnes par semaine. "Nous on est prêts depuis le début à vacciner, mais ce qu'il nous faut ce sont  les munitions ! Quand on a un flacon pour une semaine, on peut pas vacciner plus de 10, 12 personnes" nous explique t-il, "à partir du moment où on aura plus de doses on pourra participer davantage".

Ce matin là, Richard Corbeau est venu se faire vacciner par son médecin traitant. Il est suivi dans le cabinet du docteur Canuel depuis 30 ans. "C'est mon médecin traitant, c'est quelqu'un en qui j'ai entièrement confiance, et s'il me dit que ce vaccin AstraZeneca ça peut le faire, eh bien je lui fais confiance, point."

Le Havre : le projet de vaccinodrome mécontente les médecins généralistes ©FTV

Dans un communiqué paru ces jours-ci, le Syndicat national des médecins généralistes s'interroge sur la plus-value de ces vaccinodromes : les 35 centres envisagés pourraient vacciner quotidiennement 35 000 personnes. Si pour leur part 50 000 médecins généralistes vaccinaient six personnes par jour...ils protègeraient quotidiennement 300 000 personnes.

Mais ce sont bien les doses de vaccins qui manquent chez la plupart des professionnels de santé, médecins ou pharmaciens, qui pour certains n'ont toujours pas reçu les doses commandées. La question reste entière aussi pour les vaccinodromes dont on ignore encore s'ils seront correctement ravitaillés. L'Eure et la Seine-Maritime ayant été reconfinés en raison de l'aggravation de l'épidémie, ces deux départements sont à priori prioritaires. Les centres de vaccination de Rouen et Dieppe devraient quand à eux être opérationnels début avril.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société confinement : conseils pratiques