Protocole sanitaire anti-Covid : le coup de colère des patrons de bar du centre-ville du Havre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet .

Les responsables de plusieurs bars et restaurants du Havre, confrontés à l'obligation de faire respecter les consignes sanitaires à leur clientèle sous peine de sanctions, ont manifesté leur ras-le-bol en fermant leurs établissements.

Le message est clair, écrit en grosses lettres collées sur les vitres  d'un bar de la rue Racine : "Impossible de travailler dans ces conditions".

A la veille du weekend de la Pentecôte, vendredi dernier (21 mai 2021), plusieurs responsables d'établissements ont décidé de ranger chaises et tables de leurs terrasses et de baisser le rideau. Pour expliquer les raisons de cette fermeture, en plus des messages sur les vitres et des affiches apposées, c'est sur les réseaux sociaux que patrons de bar ont publié un texte qui décrit les difficultés rencontrées depuis le 19 mai, date de la reprise de l'activité avec un nouveau protocole sanitaire.

Un protocole sanitaire à respecter sous peine de sanctions

La réouverture, tant attendue, des terrasses  s'est faite mercredi dernier dans le cadre d'un protocole sanitaire qui, en plus du couvre-feu à 21h, impose aux clients un certain nombre de règles à respecter, comme par exemple, l'obligation de consommer assis et de ne pas être plus de six à table.

Faire respecter ces consignes est de la responsabilité des patrons de bars et restaurants. C'est ce que sont venus rappeler des policiers havrais, qui après deux premiers jours de réouverture et de "pédagogie" ont annoncé qu'en cas d'infractions constatées, ils verbaliseraient.

Ce qui, comme en octobre 2020,  a provoqué la colère de certains responsables d'établissements : "Nous ne pouvons plus accepter d'être traité de la sorte. On nous interdit d'exercer notre métier alors nous nous Autorisons nous même à ne pas ouvrir."

Après avoir fermé, restaurateurs et cafetiers se sont réunis samedi matin (refusant une interview aux journalistes havrais de France 3 Normandie) pour définir la suite de leur action. Un peu avant midi ils publiaient un communiqué dans lequel ils expliquaient les raisons de leur ras-le-bol : " Nous avons pris la décision de fermer nos établissements hier à 18h pour faire passer un message."

"En effet, depuis des semaines avant cette réouverture, nous et nos confrères (cafetiers, bars et restaurants) mettons tout en œuvre pour pouvoir respecter et faire respecter le protocole sanitaire en vigueur."

"En aucun cas nous ne défions et ni ne dénonçons ce protocole qui a pour but de protéger nos clients et nos équipes. Mais celui-ci n’est pas forcément simple et lisible à nos yeux. Malgré cela, c’est un protocole obligatoire qui est nécessaire pour canaliser et endiguer cette crise sanitaire.

Toutes ces règles ont été respectées à la lettre par nos établissements. En plus de toutes ces lourdes contraintes, nos équipes se doivent de gérer l’insatisfaction de nos clients qui n’ont pu avoir de places assises ou qui ne comprennent pas les règles à observer."

"En dépit de tous ces efforts et dans ce climat mitigé entre bonheur et frustration, une personne des forces de l’ordre est venue, par excès de zèle, nous réprimander en affirmant que nous faisions mal notre travail et que des sanctions seraient prises. Nous ne voulons absolument pas nous confronter aux forces de l’ordre qui doivent être plus que sollicitées en cette période difficile. Ce que nous condamnons, c'est la forme de l’intervention et l'absence totale de pédagogie auxquelles nous avons dû faire face."

Réouverture le 24 mai

Après cette réunion de samedi matin, les cafetiers mécontents ont été entendus par le maire du Havre. Edouard Philippe a pris contact avec les services de l'Etat via la sous-préfecture du Havre et la situation s'est apaisée avec une réouverture des terrasses prévue le lundi de la Pentecôte.

Les patrons de bars et de restaurants havrais sont en partie satisfaits et attendent des rapports plus sereins avec les autorités, comme ils l'écrivent dans leur communiqué :

"Nous ne nous sentons ni aidés ni réellement soutenus après avoir vécu 7 mois dans le doute et la peur de ne pas réouvrir. Et c’est en cela que nous avons voulu faire passer un message en refermant nos établissements. Mais il est impossible de travailler avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, nos équipes souffrent déjà terriblement de ne pas accueillir leur clientèle avec le savoir-faire qui les caractérise et leurs sourires caché derrière un masque."

"Aujourd’hui, après une réunion entre confrères, nous avons pu obtenir des réponses satisfaisantes et la promesse d’une interaction positive entre tous les protagonistes. Ce week-end de fermeture va pouvoir nous permettre, avec nos équipes, de nous recentrer sur la façon de vous accueillir au mieux dès lundi."

En attendant l'été…

"L'affaire" a suscité de nombreux messages de soutien sur les réseaux sociaux.

Point positif : cette fermeture de deux jours (avec une météo plutôt hivernale) a permis de  donner un coup de projecteur sur ces établissements et de faire parler des terrasses havraises à quelques semaines de l'arrivée de l'été.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité