Renault : de nouveaux véhicules électriques produits en Seine-Maritime

Le groupe Renault annonce la création d’emplois et la production de nouveaux véhicules dans ses usines situées à Dieppe, Sandouville et Cléon (Seine-Maritime).

C’est une très bonne nouvelle pour  les salariés de l’usine Renault à Sandouville près du Havre. Après plusieurs jours de fermeture liée à la pénurie de composants en provenance d’Asie, les employés ont appris qu’ils produiront la version électrique du fourgon Trafic. La nouvelle a été confirmée aux organisations syndicales de l’usine à l’occasion d’un CSE extraordinaire qui s’est tenu le 16 septembre 2021. Des dérivés de Trafic seront également assemblés sur place. Ce sera le cas du nouveau Van aménagé électrique dont la majorité des éléments sera montée sur place. Des véhicules propulsés par le nouveau moteur électrique 100kW, prochainement produit sur la chaîne de l’usine de Cléon.

Interrogé par Mickaël Goavec, Fabien Gloaguen du syndicat Force Ouvrière se félicite de la décision du constructeur : "la pérennité du site de Sandouville passe irrémédiablement par la transition écologique avec les nouveaux moteurs. On parle de l'électrique, mais on peut aussi parler de l'hydrogène puisque Renault a des ambitions très fortes dans l'hydrogène pour les véhicules utilitaires. C'était la condition sine qua non pour sauver notre site. Hier on a été rassurés par les annonces de la direction générale."

9 nouveaux véhicules produits en France à horizon 2025

L’usine Alpine de Dieppe assemblera un nouveau SUV Alpine électrique. L'objectif est fixé à 20.000 unités par an. Le député communiste Sébastien Jumel salue "le respect de la parole donnée" de la part des dirigeants de Renault et se félicite du "savoir-faire industriel reconnu des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs".

 

Dans les Hauts-de-France, le pôle ElectriCity produira le Mégane E-Tech Electric, la future Renault 5 électrique, la version électrique du Kangoo ainsi qu’un projet de SUV et un autre véhicule.

Recrutement de 2000 personnes à travers la France

Pour mener à bien ce plan industriel ambitieux et permettre la réalisation de tous ces projets, 2 500 recrutements seront mis en œuvre dans les usines françaises du groupe. Renault Group mettra également en place plus de 10 000 parcours de formation et reconversion pour développer les compétences de ses salariés. Dans le même temps, 2000 cols blancs (dont 1600 dans l’ingénierie) devraient quitter le groupe d’ici 2024. Ce sera donc 500 créations nettes d’emplois pour la marque au losange.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie automobile emploi