Luneray: Elle restaure sa maison toute seule

Alexandra, jeune femme de 39 ans, s’est lancé il y a 1 an le pari fou de rénover la bâtisse. Grâce à des dons et les coups de mains de ses amies, elle espère y habiter l’été prochain.

Alexandra restaure en ce moment son salon
Alexandra restaure en ce moment son salon © Images M.Libert

Cotte de bricolage rose, marteau à la maison, Alexandra ne chôme pas. Aux côtés de ses 2 amies Annelise et Lucie, ces bricol's girls continuent de déblayer ce qui deviendra dans quelques semaines la pièce à vivre de la maison.

Une maison achetée 50 000 euros en février 2020.

© Illustration M.Libert

Une vente signée 2 jours avant son licenciement inattendu.

Un coup dur qui n’a pas empêché la jeune femme de poursuivre avec courage et bonne humeur son projet : Restaurer cette bâtisse située dans un hameau de Luneray, où elle va de découverte en découverte.

Il y a quelques semaines, elle a retrouvé une plaque émaillée portant une épitaphe :

« ici repose Louise morte le 26 juin 1921 ».

Selon la nouvelle propriétaire, les cendres de cette femme auraient été dispersées dans le plafond de cette maison.

" Louise travaille avec nous tous les jours "

Alexandra

En rénovant cette maison, Alexandra y a fait des découvertes inattendues
En rénovant cette maison, Alexandra y a fait des découvertes inattendues © Illustration M.Libert

La présence d’une femme de plus dans cette maisonnette de 60 M2 qui au fil des semaines, retrouve  des couleurs et des formes.

Un bel élan d'amitié et de solidarité

Ses matériaux, Alexandra les glâne au fil des sites internet spécialisés dans les dons :

donnons.org ou geev.com

C’est ainsi qu’elle a récupéré sa baignoire, un évier ou encore une poutre.

Il lui reste encore beaucoup de travail mais la jeune femme originaire de Quiberville sur Mer reste mobilisée. Un courage qui a donné l’envie à ses amies de lancer pour elle une cagnotte en ligne baptisée « Alex et son défi fou ».

https://www.paypal.com/pools/c/8xuvRz0mgb

Il lui manque encore 8 000 euros pour en finir avec les travaux qu’elle a débuté grâce aux conseils de son père et à des tutos sur Internet. 1450 euros ont pour l'instant été récoltés.

« Je voulais que ma fille puisse aller au collège à vélo »

Alexandra

Confiante, elle espère déménager l’été prochain, et ainsi réaliser son souhait d’offrir à sa fille un petit havre de paix.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société internet économie