Cet article date de plus de 5 ans

Un comité pour la réindustrialisation du site Vallourec de Déville-Lès-Rouen (Seine-Maritime)

Le 1er Février 2016, le fabricant de tubes en acier, annonçait les grandes lignes de son plan de réorganisation industrielle. Sur les 1.500 suppressions de postes envisagées en Europe, le site de Déville–lès-Rouen est impacté par la perte de 180 emplois sur 380
Le site Vallourec de Déville-lès-Rouen en  mai 2015.
Le site Vallourec de Déville-lès-Rouen en mai 2015. © France 3 Normandie
Spécialisé dans la fabrication de tubes en acier pour l'industrie pétrolière, le groupe industriel Vallourec avait été fortement touché par la crise.
Pour tenter de renouer avec la croissance, le groupe avait pris des mesures drastiques en se recentrant sur ses activités à forte valeur ajoutée. Concrètement le plan s'était traduit par de nombreuses suppressions d'activités et de personnel.


Attirer les entreprises

Le comité de réindustrialisation de Vallourec Déville-lès-Rouen, dont la première réunion s’est tenue lundi 6 juin 2016 à la préfecture de région, a pour objectif de faciliter l’implantation de nouvelles activités porteuses d’emplois sur les parcelles libérées du site industriel normand.


Pour mémoire et dans le même esprit, un comité a été créé pour la réinstrialisation site de l’entreprise papetière UMP-Chapelle Darblay à Grand-couronne (Seine-Maritime). L’arrêt de deux machines avait entraîné la suppression de 180 postes sur 380. « Mais malgré l’intérêt de plusieurs industriels pour une implantation sur les zones libérées sur le site, rien ne semble se concrétiser », déplore le syndicat Filpac-Cgt.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie social