A Oissel, neuf hommes s’évadent du centre de rétention administrative

Ce vendredi 14 octobre, dans la nuit, neuf personnes retenues au CRA de Oissel, près de Rouen, sont parvenues à prendre la fuite.

Si la préfecture de Seine-maritime confirme l’évasion révélée par nos confrères de 76 Actu, elle ne souhaite apporter aucune précision sur les circonstances « pour des raisons évidentes de sécurité » affirme-t-elle. Seule précision, les faits se sont déroulés la nuit dernière. 

« Un ensemble de mesures a immédiatement été actionné avec un renforcement des patrouilles du CRA et de la Direction départementale de la sécurité publique à l’intérieur et à l’extérieur du site » détaille la préfecture jointe par téléphone.

« Les effectifs de police et de gendarmerie ont également été alertés et le signalement des individus leur a été diffusé. Le préfet ainsi que la directrice interdépartementale de la police aux frontières se sont rendus sur place ce matin et ont décidé de mener des travaux de sécurisation dont une partie a déjà commencé » poursuit la préfecture.

Un climat très tendu

D’après nos informations, le climat qui règne depuis quelques semaines au Centre de rétention administrative de Oissel serait particulièrement tendu.

Ce samedi matin, un retenu a tenté de se suicider et a dû être hospitalisé au CHU de Rouen. En novembre 2021, un homme ressortissant algérien avait mis fin à ses jours. Victime de violences de la part d’autres personnes retenues après son arrivée au CRA, il avait été placé à l’isolement. C’est là qu’il avait tenté de se suicider. Hospitalisé, il était décédé quelques jours plus tard.

Une quarantaine de personnes serait actuellement enfermée dans cet établissement. D’après le réseau de visiteurs et observatoire citoyen du CRA de Oissel, une part importante serait placée là directement après sa sortie de prison, ce qui générerait un sentiment d’incompréhension et parfois de la colère.

Une durée moyenne de rétention administrative en augmentation

Ouvert en 2004, le CRA de Oissel compte parmi les 25 centres de ce type qui existent en France.  Il peut accueillir jusqu’à 72 personnes, des hommes mais aussi des femmes avec leurs enfants. La rétention administrative est une décision prise par l’administration à l’encontre d’un ressortissant étranger concerné par une mesure d’éloignement (expulsion, obligation de quitter le territoire français....) et qui ne peut pas quitter immédiatement le territoire français. 

D’après le rapport annuel menée sur la rétention administrative par cinq associations, dont la Cimade et France Terre d’Asile,  662 personnes ont été placées à Oissel en 2021, en très grande majorité des hommes, de nationalité albanaise, algérienne et géorgienne.

La durée moyenne de la rétention à Oissel était de 17,9 jours en 2021. Depuis 2019, la durée maximale de rétention autorisée par la loi a été doublée, passant de 45 à 90 jours. Dans le même temps, au niveau national, la durée moyenne de rétention constatée serait passée de 16,6 jours en 2019 à 22 jours en 2021.

Dernière évasion en 2014

En janvier 2014, au CRA de Oissel, huit ressortissants originaires d'Afrique du Nord étaient déjà parvenus à s'évader pendant la nuit, après une précédente fuite de deux hommes au mois de juillet 2013.