Rouen : l'arrêté préfectoral de réouverture partielle de l'usine SEVESO Lubrizol est publié

L'usine SEVESO Lubrizol va réouvrir partiellement, 2 mois et demi après l'incendie et la pollution qui a suivi. Le préfet de Seine-Maritime a signé l'arrêté ce vendredi 13 décembre suite à l'avis favorable du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques.
La réunion du CODERST vendredi 13 décembre à la préfecture de Seine-Maritime
La réunion du CODERST vendredi 13 décembre à la préfecture de Seine-Maritime © D. Meunier/France Télévisions


    Un démarrage est possible "même demain (samedi) matin puisque nous avons des équipes 24/24", dès lors que la société aura reçu l'arrêté préfectoral, a indiqué de son
côté à l'Agence France Presse Isabelle Striga, directrice générale de Lubrizol France, à la question de savoir si le démarrage interviendrait dès la semaine prochaine.

    Le préfet et Mme Striga s'exprimaient à l'issue d'une réunion du "comité pour la transparence et le dialogue" (CODERST) sur l'incendie, organisée en préfecture.

L'arrêté de "levée partielle de susspension d'activité"a été signé vendredi après-midi (13 décembre) : 
  

Il est rappelé qu’il s’agit d’une réouverture partielle, limitée à deux petites unités de mélange et de solubilisation, n’impliquant pas de réaction chimique, et occupant une superficie de 3 hectares sur les 14 hectares du site non impactés par le sinistre.

(préfecture de Seine-Maritime)
La réouverture partielle de l'usine Lubrizol autorisée

Les stockages de matières premières et de produits finis interdits

Le démarrage sera toutefois progressif. "On attend l'arrêté. Dès lors que l'arrêté signé par le préfet nous est transmis, on va pouvoir acheminer les matières premières
dont on a besoin"
ce qui peut prendre plusieurs jours, a indiqué Mme Striga.

3 des 14 hectares du site de production de lubrifiants seront exploités. Ce seront 2 unités de fabrication. Les produits arriveront et partiront par la route, le rail ou la Seine. 

 Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime, qui préside la mission d'information parlementaire souhaite que la réouverture soit temporaire. Il souligne aussi que les causes de l'incendie du 26 septembre sont toujours inconnues.

Il faut autoriser de manière temporaire, être vigilant, je demande une clause de "revoyure"

 
durée de la vidéo: 01 min 10
Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime

  Le préfet a souligné "l'ampleur des dispositifs anti-incendie imposés" pour la réouverture partielle "qui vont très au delà de la réglementation".Selon Mme Striga, "plus de cent salariés" sont mobilisés pour la réouverture partielle.

Lubrizol emploie 400 personnes sur les bords de Seine à Rouen, il y a environ 2000 emplois indirects.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lubrizol environnement pollution société