Coronavirus : à l'hôpital du Rouvray, les soignants doivent mettre à sécher leurs masques pour les réutiliser

En première ligne dans la lutte contre le coronavirus, le personnel hospitalier continue de dénoncer ses conditions de travail, près de trois semaines après le début du confinement. À Sotteville-les-Rouen (Seine-Maritime), une note interne ravive la colère des soignants.

Dans certaines salles de garde du centre hospitalier du Rouvray (Seine-Maritime), on trouve des masques accrochés à des cintres ou à des cordes à linge pour les faire sécher et les réutiliser.
Dans certaines salles de garde du centre hospitalier du Rouvray (Seine-Maritime), on trouve des masques accrochés à des cintres ou à des cordes à linge pour les faire sécher et les réutiliser. © France Télévisions
Déconsidérés. C'est le sentiment partagé par de nombreux soignants du Centre hospitalier du Rouvray (Seine-Maritime) après avoir parcouru la dernière circulaire interne de l'établissement envoyée aux agents de santé le vendredi 27 mars 2020.

En pleine crise contre le Covid-19, la direction de l'hôpital a fait parvenir à ses employés une note leur indiquant la marche à suivre en cas de suspicion d'infection. 

Mettre à sécher les masques pour les réutiliser

Dans cette note, il  y est notamment précisé pour le personnel soignant de "garder son masque chirurgical à la sortie, le masque doit être changé dès qu'il est humide et mis à sécher".

Une hérésie pour le personnel de santé. "La phrase nous a tous fait bondir au sein de l'établissement, les masques disponibles étant des masques à usage unique et dont l’efficacité ne dépasse pas les 4h selon les recommandations officielles", explique un soignant qui souhaite garder l'anonymat. 

Le personnel du CH du Rouvray contraint de réutiliser leurs masques, selon une note interne.
Le personnel du CH du Rouvray contraint de réutiliser leurs masques, selon une note interne. © France Télévisions


Depuis le début de la crise sanitaire, le personnel du centre hospitalier du Rouvray fait part de la pénurie de masques dont souffre actuellement l'établissement psychiatrique qui a installé une cellule covid-19, comme la plupart des centres de santé français. 

La situation est chaotique. Les masques sont nos seules protections et certains services n'ont eu droit qu'à 4 masques en 15 jours. On se sent vraiment exposé.

Deux masques pour 4 jours

"Les consignes de la direction sont claires, c'est deux masques pour 4 jours. On change de masques toutes les 8 heures et pendant qu'on porte le deuxième masque, on fait sécher le premier pour le remettre ensuite", renchérit Manos Kappatos, délégué du personnel.

Une situation difficile à vivre pour les soignants qui ne se sentent pas suffisamment protégés contre la propagation du virus. "C'est une source d'angoisse pour nous et nos proches", ajoute Manos Kappatos.

Masques, surblouses, gel hydroalcoolique... Les stocks de matériel ne se renouvèlent qu'au compte-goutte estime le personnel de santé de l'hôpital. 

"Seule l'unité Covid+ est équipé de masques FFP2, on comprend bien pourquoi, mais toute personne en contact (avec des personnes contaminées) devrait en être équipé. On attend quoi, que ce trop tard ?" s'interroge Manos Kappatos, délégué du personnel.

"Cette crise sanitaire est inédite mais le traitement qui en est fait par notre établissement vient ajouter à la souffrance des agents qui sont déconsidérés au quotidien depuis plusieurs années", continue un soignant de manière anonyme. 

De son côté, le CH du Rouvray explique avoir "alerté l'ARS (Agence régionale de santé) de la pénurie de masques au sein de l'établissement" depuis le début du mois de mars.

"Dans l'attente d'un apprivoisement en quantité suffisante, et malgré les commandes passées auprès de divers fournisseurs, la cellule de crise a été dans l'obligation de mettre en place des mesures restrictives d'utilisation des masques, en respectant néanmoins les recommandations officielles", explique le centre hospitalier.  

Une nouvelle dotation de "25 300 masques chirurgicaux" a été réceptionnée par l'établissement le mardi 31 mars et sera delivrée chaque semaine, a assuré l'ARS. L'hôpital estime que "la réserve de masques chirurgicaux du CH Rouvray est à ce jour satisfaisante. Chaque professionnel de santé dispose ainsi de 2 masques par jour". 

Trois soignants testés positifs au Covid-19

Les hôpitaux régionaux unissent leurs forces pour lutter contre le virus. Le centre hospitalier du Rouvray est l'un des premiers établissement psychiatrique en France à disposer de soignants capables d'effectuer des tests de dépistages. Une équipe a été formée par le CHU de Rouen qui reçoit en retour 20 lits supplémentaires.

Nous nous étions rendus sur un place pour un reportage sur la cellule Covid-19 mise en place. 

Reportage : Bérangère Dunglas et Angèle de Vecchi

Depuis quelques jours, une vingtaine de malades présentant des symptômes ont été testés. Des résultats pour l'instant négatifs. En revanche, trois soigants ont été diagnostiqués positifs au Covid-19.
 

500.000 masques attendus en Normandie

Un demi-million de masques ont été commandés par le conseil régional de Normandie. Il s'agit de masques de type FFP2 destinés aux personnels soignants. 
 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société région normandie politique fusion des régions réforme territoriale