Coronavirus : avec leurs masques "couture", des jeunes créateurs normands participent à l'effort national

Seules 4 entreprises artisanales ont pour l'instant décroché en Normandie l'accord de la Direction Génerale de l'Armement pour fabriquer des masques en tissu à usage non sanitaire. Et depuis, la maison de Couture Romain Brifault, installée à Morgny la Pommeraie (76), croule sous les commandes.  
© Romain Brifault

"Il a senti très tôt que les masques et les blouses de protection allaient être au centre des besoins et pour mon frère, en concevoir et en produire était comme une évidence et on s'y est mis très rapidement" .

Pour Alexandre Brifault, le directeur général de la maison de couture créée en 2015 à Morgny la Pommeraye (76) par son jeune frère Romain, styliste, l'envie d’être utile dans ce contexte l' a emporté sur le reste.

Nous savions que nous n’allions pas vendre pendant cette période, or nous avions à la fois du matériel, beaucoup de tissu et de matière première et un savoir-faire dans les mains expertes de nos couturières.


La jeune entreprise s'est donc rapidement lancée dans ce nouveau défi et a proposé des prototypes à la Direction Générale des Armées, le seul organisme d'état habilité à valider ces masques UNS, c'est à dire à usages non sanitaires.
Ces masques sont avant tout destinés aux besoins des entreprises dont les salariés sont exposés au public, quelque soit leur secteur d'activité. 

 
© Romain Brifault

Résultat : les frères Brifault font partie des entreprises sélectionnées. A ce jour, elles ne sont que 4 en Normandie a avoir obtenu cette habilitation officielle.

La plupart ont une dimension artisanale et ont ainsi reçu le soutien de leurs Chambres départementales des Métiers et de l'Artisanat

Il s'agit au 8 avril 2020 des entreprises suivantes :

Liste Rouge basée à Condé sur Noirot (14)
Ateliers Grandis basés à St Paer sur Mer (50)
Tricots Saint James à St James (50)
Maison de Couture Romain Brifault (76)

Une liste appelée à s'allonger bientôt. 
 


Une DGA très stricte sur les conditions d'attribution.


Pour être éligible à cette fabrication de masques UNS, il faut en réalité remplir un cahier des charges très rigoureux. La Direction Générale des Armées exige une certaine association de tissus d'une qualité spécifique. Ils doivent avoir une capacité de filtration des particules à 3 microns. 

Des matières premières que la maison Romain Brifault avait en stock, mais qu'il a fallu en urgence réapprovisionner pour faire face à la forte demande. 

Alexandre Brifault est encore lui même surpris par ce succès :

En quelques semaines, nous avons déjà livré des milliers de masques et la demande est exponentielle. Nous recevons plus de 200 appels par jour et le double de mails. Les besoins sont estimés à 38 millions de masques sur l'ensemble du territoire et seules 42 structures comme la nôtre peuvent fabriquer en France. Alors, nous priorisons pour l'instant les entreprises locales.

© Romain Brifault


Mais, au vu des besoins en protection face au virus, Alexandre et son frère Romain ont décidé d'aller encore plus loin et de fabriquer aussi des sur-blouses, cette fois destinées aux personnels de santé.
Des pièces, selon Alexandre Brifault, beaucoup plus techniques qu'il n'y parait. 

C'est là où le talent de Romain a pu aussi s'exprimer : il a fallu beaucoup d'ingéniosité pour concevoir des blouses, économes en tissu de fabrication. Il a réussi à en diminuer la quantité nécessaire par blouse de 40% ! 
 

Du coup, l'ensemble de leur réseau de couturiers sous traitant a été mobilisé, essentiellement sur la région, et ce sont près de 200 personnes partenaires qui travaillent sur toutes ces commandes. Une façon efficace de faire tourner l'économie normande et de promouvoir aussi sa différence créatrice. 

 

Romain Brifault, un créateur à la personnalité particulière 


Autiste asperger, Romain Brifault est doté d'une profonde sensibilité qui lui permet très tôt d'exprimer ses talents artistiques dans le domaine de la Mode. 

Après des passages dans les plus prestigieuses maisons de Haute Couture françaises, il crée sa propre marque et son atelier avec son frère en 2015 en seine-maritime et y affirme rapidement sa pâte et son style. 
 
Avec ses créations, il cherche à changer le regard des autres sur le handicap et invente la robe de mariée en fauteuil roulant dont il dépose le brevet.
 

Nous sommes tous pareils, je ne vois pas pourquoi nous n’aurions pas le droit aux mêmes choses.


Dans l’ensemble de ses créations, Romain Brifault s’attache à prendre en compte la particularité du corps de chaque personne.
C’est pourquoi, en 2018, il lance le mouvement « Pour une Mode Sans Différences » afin de récolter des dons pour développer le sur mesure à distance pour toutes les morphologies.


 

© Romain brifault




 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie