Insolite. Ce camion cinéma sillonne les routes à destination de tous les nomades

L'association Échelle inconnue a créé un camion cinéma à destination des publics invisibilisés, voire discriminés, en raison de leur mode de vie. Ce cinéma truck est à la fois un outil pour diffuser des films, un espace de travail et de production de films mais aussi un logement temporaire.

"Échelle inconnue n'est pas un collectif mais un groupe, comme un groupe de rock, qui voudrait être à l'architecture ce qu'Elvis Presley fut à Tino Rossi." Voici l’ambition de l’association rouennaise qui rencontre les personnes nomades, par choix ou obligation professionnelle.

Des expériences artistiques avec des invisibles

Pour rencontrer les créateurs de ce camion cinéma, j’avais rendez-vous sur l’ancien site de Pétroplus (envisagé un temps pour devenir un centre logistique Amazon). Ce lieu symbolique était le cadre parfait pour le groupe Échelle Inconnue pour me présenter leur concept : un groupe indiscipliné de recherche et création qui réclame une autre manière de penser et de faire la ville.

À sa tête, Stany Cambot, architecte multicasquette qui met en place avec son équipe des travaux et expériences artistiques autour des urbanités minoritaires, alternatives ou émergentes, avec les populations invisibilisées, voire discriminées, en raison de leur mode de vie :

  • sans-abris,
  • immigrés,
  • voyageurs,
  • travailleurs mobiles,
  • individus amenés à vivre en caravanes,
  • camions,
  • tentes,
  • mobile-homes et autres campings.

À l’intérieur du camion bleu, des sièges accueillants en cuir rouge et une table au milieu. Celle-ci peut servir de support pour l’ordinateur qui projettera le film à travers le rétroprojecteur installé également au cœur du camion.

À la tombée de la nuit, le public peut visualiser le film à travers l’écran sorti à l’arrière du véhicule entouré de deux hauts parleurs.

Ils rencontrent ces personnes vivant dans des habitats non conventionnels par choix ou par obligation. Ils ont par exemple tourné un film avec les ouvriers de l’EPR de Flamanville.

Ils valident ensuite le film auprès de ceux qui les ont accueillis pour ensuite le diffuser à d’autres populations nomades.

Des doctorats sauvages en architecture

"Notre travail se veut une stratégie empirique de combat contre la ville du cadastre : interrogation des concepts des faiseurs de villes (architectes, politiques, urbanistes) en travaillant avec ceux qui sont exclus de leurs plans; questionnement des relations entre ville et combat politique ; exploration des urbanités par nature opposées à l'urbanisme ; tentative de ressaisissement des nouvelles dimensions technologiques de la ville contemporaine", précise le fondateur Stany Cambot.

Ils accueillent d’ailleurs des élèves en architecture. C’est le cas de Romain, qui effectue son service civique au sein de l’association "avant de faire mon master, je voulais explorer l’urbanisme par le prisme d’Échelle Inconnue. Je trouve leur mode de travail très intéressant avec des sujets qu’on n'aborde pas forcément dans les écoles d’archi tradi".

"Écoles d'architecture et universités ont fait la preuve de leur incapacité à générer la ville de tous. C'est pour cela qu'Échelle Inconnue a mis en place les Doctorats sauvage en architecture (DSEA) et en numérique (DSEN). Car il est plus que temps de fabriquer nos intellectuels, de nous fabriquer en intellectuels aussi. Avouer et explorer collectivement notre ignorance et la difficulté d'appréhender à hauteur d'homme notre propre espace : la ville ; de la comprendre et la refaire à la hauteur de nos impossibles" peut-on lire sur le site.

Une guerre urbaine silencieuse

Pour eux, "une guerre urbaine a lieu, sourde et silencieuse". Ils s’érigent en lanceur d’alerte pour prévenir les citoyens et les politiques. Mais concernant les décisionnaires de politique d’urbanisme, leur utopie est loin derrière eux.

"On pensait que ce qui manquait aux décideurs, c’était des clés de compréhension de ces espaces-là. Puis on s’est rendu compte que non, elles ne leur manquent pas… Ils ne veulent pas les voir", se désole Stany Cambot.

Créée en 1998, Échelle inconnue édite ses propres journaux, livres, récits des projets et films.

Vendredi 31 mai 2024, dans le cadre de La Fête des voisin·e·s des lieux culturels et de proximité de Rouen, Échelle Inconnue vous invite à venir partager un apéritif en terrasse, rue Saint-Etienne-des-Tonneliers, autour de discussions sur les modes d'habiter et la notion de voisinage.

Ces échanges seront aussi l’occasion de présenter leur nouveau projet « Moïse/Moussa. Patrimoine Immémorial », qu’ils mènent avec les habitants du foyer pour travailleurs migrants de Rouen – cette grande maison du Sénégal et de la Mauritanie inaugurée en 1969, et dite « foyer Moïse ».

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité