“J'ai eu l'impression que nos vies n'avaient pas de valeur” dit une riveraine de Lubrizol à la cellule d'écoute

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Le choc, la tristesse et l'inquiétude sur les effets à venir de la pollution peuvent nécessiter une aide psychologique. Pendant trois jours, la cellule de soutien et d'écoute accueille à Rouen des habitants.

Par Sylvie Callier


Marie, une riveraine de l'usine habite à 150 mètres de l'usine SEVESO Lubrizol. Au moment des explosions, "on a cru que c'était fini, cela ressemblait à des bombardements".

Cette mère s'est retrouvée en pleine nuit désemparée avec son fils de 10 ans dans la rue. "On ne nous a pas orientés, personne n'a su nous dire où aller, ce que l'on devait faire"

Les repères, la confiance envers les autorités ont basculé. Une cellule d'écoute gratuite a ouvert pour 3 jours à Rouen à la demande de l'agence régionale de santé et de la préfecture de Seine-Maritime.

Elle a été mise en place avec un spécialiste normand,  Christian Navarre, médecin psychiatre au centre hospitalier du Rouvray, responsable de la cellule d'urgence médico-psychologique de Haute-Normandie.

L'accueil se poursuit vendredi 4 octobre 2019 de 10h à 16h à Rouen,  rive gauche, près du jardin des plantes centre municipal Charlotte Delbo (rue Roger Besus)
 

Ce sont des groupes de paroles. Cela dégage ce que l'on appelle l'âme collective du groupe et  cela permet d'aller mieux

A Rouen, la cellule de soutien et d'écoute des habitants après l'incendie chez Lubrizol
Reportage de M. Libert et P. Cornily

Un numéro téléphonique d'information  est aussi ouvert 7 jours sur 7, de 8 heures à 20 heures,  le numéro vert 0 800 009 785 restera disponible jusqu'à la fin de la crise.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus