Lubrizol : pourquoi les odeurs d’hydrocarbures sont de nouveau présentes dans l’agglomération rouennaise ?

Depuis 72 heures, l’odeur dans les rues de Rouen rappelle  un très mauvais souvenir aux habitants. "Ça sent le brulé", "ça sent l’essence"... Pourquoi 10 mois après l’incendie de l’usine, les émanations d’hydrocarbures persistent à Rouen ?
Le masque dans les rues de Rouen, septembre 2019. Six mois plus tard, les habitants le portent à nouveau contre le coronavirus
Le masque dans les rues de Rouen, septembre 2019. Six mois plus tard, les habitants le portent à nouveau contre le coronavirus © France Télévisions
Près de 10 mois après l’accident industriel de Lubrizol, les riverains de l’usine et des habitants de l’agglomération rouennaise notent un regain de mauvaises odeurs ces derniers jours.

Comme en fin d’année dernière, des émanations de type hydrocarbure sont constatées. Sur les réseaux sociaux, des rouennais dénoncent une nouvelle fois la situation. Et ils s’interrogent : pourquoi, 10 mois après l’incendie de l’usine chimique, de fortes odeurs persistent dans l’air ? Selon ATMO Normandie, en charge de la surveillance de la qualité de l’air dans la région, 250 signalements ont été effectués en ligne. L’organisme explique qu’un "chargement de boue" serait à l’origine des odeurs qui se dégagent depuis 72 heures.

Des travaux en cours

Des travaux de déblaiement sont effectivement en cours selon Nicolas Mayer-Rossignol, président de la métropole Rouen Normandie. Le site Allo-industrie indique de son côté que des travaux sont en cours dans l’entreprise voisine de Normandie Logistique. 

"Dans le cadre de la fin de son chantier Quai de France, NL LOGISTIQUE procède à l'évacuation des derniers gravats du bâtiment T3 depuis une semaine. Ces travaux sont réalisés sous brumisation permanente (pelles de chantier et rampe périphérique) et des tournées olfactives sont effectuées quotidiennement. Suite aux signalements ODO d'hier et ce matin, deux brumisateurs supplémentaires ont été mis en service H24".

Sur le même site Allo Industrie, Lubrizol précise que des contrôles ont été effectués de son côté.

Suite aux signalements odeurs sur la plateforme ODO ce jour, Lubrizol a procédé au contrôle de l'ensemble des brumisateurs de son site sur la zone de chantier de remédiation. Ces brumisateurs sont tous opérationnels et en service.

Allo Industrie

Nouvelle phase en septembre

Lubrizol nous explique ce matin que les odeurs apparues jeudi 13 août 2020 dans la matinée sont dues à des boues et des fûts stockés au batiment A5 en cours de nettoyage.

Nous avons découvert, hier à 11h30, une zone de boue fortement odorante. Nous l’avons rapidement couverte de sable et d’une bâche mais les fortes pluies ont drainé les produits odorants. Nous espérons que les émanations seront stoppées d’ici ce soir.

Cyrille Mace de Lepinay, responsable de la gestion de la zone sinistrée, du nettoyage et des travaux 

Cyrille Mace de Lepinay précise que le chantier du bâtiment A5 devrait se terminer à la fin du mois d’août et qu’il reste des zones d’incertitudes sur d’éventuelles odeurs qui pourraient se diffuser d’ici là.

C’est en septembre que commencera une nouvelle phase du chantier : le découpage et le déblaiement de la structure métallique de la partie endommagée.

Le responsable de la gestion de la zone sinistrée précise qu’à ce moment-là seulement, le problème des odeurs d’hydrocarbures aura disparu.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lubrizol environnement pollution santé société