REPLAY - Municipales 2020 à Rouen : ce qu'il faut retenir du débat du second tour

France 3 Normandie vous fait vivre la campagne des municipales 2020. Revoir le débat du second tour sur les enjeux à Rouen (Seine-Maritime) en présence des deux têtes de liste Jean-François Bures et Nicolas Mayer Rossignol.
Nicolas Mayer-Rossignol et Jean-François Bures
Nicolas Mayer-Rossignol et Jean-François Bures © France Télévisions

C'est le second tour de toutes les surprises. Après le retrait inattendu de Jean Louis Louvel, tête de liste Rouen Autrement, soutenu par LREM et LR qui était arrivé en troisième position avec 16,78% des voix le 15 mars dernier, le 2ème tour va donc se jouer à deux, avec un duel plus classique, entre la droite et la gauche.

On retrouvera un face à face entre,d'un côté Jean-François Bures, dont la liste Au coeur de Rouen qui avait obtenu 10,16% vient de fusionner avec Marine Caron, la benjamine centriste de ce scrutin rouennais; et de l'autre Nicolas Mayer Rossignol, ancien président socialiste de la région Haute-Normandie, qui lui a fusionné sa liste Fiers de Rouen avec celle du candidat EELV Jean-Michel Bérégovoy, Réenchantons Rouen.

Revoir le débat des candidats

France 3 Normandie vous propose un débat de 40 minutes sur les municipales à Rouen. Les candidats ont notamment débattu sur la vie après le covid et l'environnement. Une émission présentée par Emilie Leconte.

Les candidats présents au débat :

Pour suivre le débat :

REPLAY - Municipales 2020 à Rouen : le débat du second tour

Rouen post-covid : commerce, tourisme, attractivité

La période que nous venons de vivre a forcément bousculé notre quotidien et de fait, la campagne électorale. Une période difficile pour tous mais tout particulièrement pour le centre-ville de Rouen. Après les manifestations des gilets jaunes, l'incendie de Lubrizol, le covid mais aussi les travaux, certains disent être "borderline", au bord de la crise de nerfs mais au bord de la crise financière aussi. En cette période extraordinaire, que compte faire le futur maire de Rouen?

Jean-François Bures propose un plan d'urgence pour les commerçants :

Ne pas payer les droits de terrasses jusqu'à la fin de l'année, la mise en place d'un forfait de stationnement pour les commerçants jusqu'à la fin de l'année, notamment le samedi

Jean-François Bures

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, "la priorité est l'emploi local". Le candidat soutenu par le maire sortant souhaite également être le président de la Métropole.

On a besoin de la Métropole pour relancer la machine

Nicolas Mayer-Rossignol

Une économie locale qui fait partie de la vitrine rouennaise, devenue au fil des années internationale. Rouen était avant le covid fréquentée par de nombreux touristes et l'on sait d'ores et déjà que cet été ne sera pas comme les autres avec des étrangers en moins, à commencer par les Britanniques... Comment redonner l'envie d'avoir envie de visiter Rouen, déjà meurtrie par l'incendie de Lubrizol? 

"On va avoir de la chance d'avoir des touristes français en nombre", répond Jean-François Bures. "L'animation de la ville est très importante. Nous avions travaillé sur un projet avec un slogan : 52 semaines, 52 occasions de venir à Rouen pour 52 évènements" "On a une carte à jouer en qualité de vie", indique Nicolas Mayer-Rossignol, "en passant par la culture, le sport... Il y a deux rives à Rouen, droite et gauche, mais il y a aussi toute l'agglomération"

Sur Lubrizol et l'éco-quartier Flaubert

Si l'environnement semble l'enjeu majeur de ces municipales 2020 en France, il l'est un peu plus qu'ailleurs à Rouen, depuis un certain 26 septembre 2019 et cet incendie dévastateur de sur le site de l’usine de Lubrizol. Quel pourrait être le pouvoir du maire en la matière ? Quelle serait la priorité sur ce sujet et quelles leçons en tirer ?
 

"Comme maire de Rouen, ma priorité sera la sécurité sanitaire", explique Nicolas Mayer-Rossignol qui propose de réaliser des audits des sites Seveso classés en seuil haut. Sept autres sites de ce type sont présents dans l'agglomération. "Mais le maire de Rouen tout seul aura du mal à être écouté. En tant que président de la Métropole, je pourrais imposer des règles de protection sanitaire"

"Rien n'a été mis en place en matière de protocole", indique Jean-François Bures. "Notre territoire doit être exemplaire dans les années à venir. C'est important que le maire de Rouen donne son opinion et montre son volontarisme sur ces dossiers-là."

Notre territoire doit être exemplaire dans les années à venir.

Jean-François Bures

Quant au projet de l’éco quartier Flaubert, situé non loin de Lubrizol qui fait débat, qu’en faire aujourd’hui ? "Il est essentiel, c'est le futur poumon économique de la ville", commente Jean-Frabçois Bures. "On ne peut pas indexer le développement naturel de la ville sur la présence d'un site industriel"

"La priorité, c'est la sécurité de nos concitoyens", répond Nicolas Mayeer-Rossignol. "L'écoquartier doit être refait, repensé."

Il n'est pas question de mettre des logements plus proches de l'usine

Nicolas Mayer-Rossignol

 

Nicolas Mayer-Rossignol et Jean-François Bures ont débattu sur notre plateau avant le second tour.
Nicolas Mayer-Rossignol et Jean-François Bures ont débattu sur notre plateau avant le second tour. © Amandine Pointel / France Télévisions

Sur les pistes cyclables

Un phénomène observé au moment du déconfinement : la présence plus importante des cyclistes en ville. Rouen a d'ailleurs lancé un plan vélo pour l'occasion.

Quelle sera la volonté du futur maire de Rouen pour devenir une ville exemplaire en la matière ?

"Nous aurons l'opportunité en 2021 de repenser entièrement notre politique vélo et d'en faire plus. C'est un énorme chantier devant nous", indique Jean-François Bures. 

On peut faire beaucoup : utiliser des outils modernes, repenser la circulation et surtout sécuriser les pistes cyclables.

Jean-François Bures

Pas question pour autant pour le candidat divers-droite de piétonniser entièrement le centre-ville de Rouen : "chacun trouve sa place en ville"

De son côté, Nicolas Mayer-Rossignol indique que "les pistes cyclables se sont beaucoup développées" et qu'il faut davantage "sécuriser les pistes"

Il n'y a pas que le vélo, il y a aussi toutes les autres façons de se déplacer, les mobilités douces par exemple.

Nicolas Mayer-Rosignol

Sur le contournement Est

Le sujet avait déjà fait débat entre les candidats lors de notre débat du premier tour. Que fera le futur maire du projet de contournement Est de Rouen, qui consiste à créer une liaison autoroutière reliant l’A28 nord à hauteur d’Isneauville et l’A13 et l’A154 près d’Incarville, ainsi que le "rond-point aux vaches" ?

Les Verts proposaient un contournement Ouest qui polluerait beaucoup moins. "Aujourd'hui le débat n'est plus autour d'un coutournement mais d'un péage à 12 euros pour 40 kilomètres. Son impact sur le report du trafic sur les quais est de 0% et sur le pont Flaubert de 20% de poids lourds en plus", indique Nicolas Mayer-Rossignol qui ne veut plus de ce projet en l'état. Une réponse qui semble irriter le candidat divers-droite  Jean-François Bures :

Je suis définitivement pour ce projet qui est déjà financé et bouclé. L'arrêter maintenant serait irresponsable.

Jean-François Bures

 

Les résultats du premier tour

Lors du premier tour la 15 mars 2020, juste avant le confinement, Nicolas Mayer-Rossignol (PS) arrivait en tête avec 29,52 % des voix, suivi de Jean-Michel Bérégovoy (EELV-PCF) avec 23,16 % des voix. En troisième position Jean-Louis Louvel (LREM-LR-Modem), avec 16,79 %, en quatrième position Jean-François Bures avec 10,16%. Tous, pouvaient se maintenir au second tour.

Les résultats du 1er tour à Rouen
Les résultats du 1er tour à Rouen © France 3 Normandie


Guillaume Pennelle (RN) arrivait 5ème avec 6,78 %, Marine Caron (DVC) est en 6ème position avec 6,14 %. En 7ème position, Lionel Descamps (LFI) avec 3,53 %

A l'issus de ce scrutin, Nicolas Mayer-Rossignol, tête de liste "Fiers de Rouen" et Jean-Michel Bérégovoy, tête de liste "Réenchantons Rouen" avaient annoncé sur notre plateau qu'ils fusionneraient leurs listes pour le second tour "lorsque les modalités précises du second tour seront connues."

 

Fort de ses 10,16 % des suffrages exprimés par les Rouennais dans les urnes le dimanche 15 mars, Jean-François Bures avec sa liste Au coeur de Rouen, n'a finalement pas choisi de rejoindre la liste Jean-Louis Louvel. Il a préféré conclure une alliance avec la benjamine et seule femme candidate pour le centre, Marine Caron qui avait remporté 6,14 % des voix au premier tour et ne pouvait donc pas se maintenir seule.

Nous avons gagné ensemble. Nous travaillons ensemble. Nous partageons une certaine idée de la liberté en politique. Nous n’avons pas, sur tous les sujets, les mêmes idées et c’est tant mieux. Cette union était une attente forte partagée par beaucoup de nos amis. C’est fait.
Jean-François Bures

Affiche de campagne du second tour de Jean-François Bures et Marine Caron
Affiche de campagne du second tour de Jean-François Bures et Marine Caron © DR

 

Qui sont les candidats ?

Nicolas Mayer-Rossignol est l'ancien président socialiste de l'ex-région Haute Normandie. Bien connu des rouennais, il se présente sans mettre en avant son appartenance politique à la tête de la liste Fiers de Rouen.
Il souhaite un "coeur de métropole écologique, créatif et à dimension humaine" avec une gratuité des transports publics le samedi.
Il est aussi le seul candidat à briguer ouvertement la présidence de la Métropole dont Rouen doit être "la ville centre". 

Nicolas Mayer-Rossignol
Nicolas Mayer-Rossignol © DR

 

Jean-François Bures est le Vice-Président du Département de Seine-Maritime en charge du Développement Économique, de l’emploi et du tourisme. Il est aussi le secrétaire départemental adjoint des Républicains en Seine-Maritime.
Pourtant au premier tour, ce n'est pas lui que sa famille politique avait choisi se soutenir, mais son rival Jean-Louis Louvel.

Il se bat pour plus de sécurité dans sa ville où son implantation locale est bien ancrée.
"Le rayonnement de Rouen est au cœur de son engagement."

Jean-François Bures
Jean-François Bures © DR

 

Rouen en chiffres 

En 2016, avec 110 117 habitants recensés, Rouen est la seconde ville de Seine-Maritime, derrière Le Havre, avec un taux de chomage supérieur à celui du pays : 9.1% contre 8.6%.

Le revenu médian annuel des Rouennais s'élève à 19 044 euros , ce qui équivaut à 1587 euros par mois.
Ce chiffre est inférieur au revenu médian national annuel (19.785 euros), soit 1.772 euros par mois.


La circulation et les moyens de transports y représente un des sujets majeurs qui préoccuppent les rouennais pour se rendre sur leur lieu de travail. Il sont ainsi 48.4% à s'y déplacer en voiture contre 26.7% à emprunter les transports en commun.

Ils sont aussi 18% à préférer la marche à pied. Mais le vélo, en hausse, y occupe mainenant 4.1% des déplacements urbains. Une tendance qui devrait être revue à la hausse avec le déconfinement.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections