REPLAY - Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du débat à Rouen

Six des dix candidats sont venus débattre sur notre plateau. / © DR
Six des dix candidats sont venus débattre sur notre plateau. / © DR

France 3 Normandie vous fait vivre la campagne des municipales 2020. Revoir le débat des candidats à la mairie de Rouen avec Nicolas Mayer-Rossignol, Jean-Michel Bérégovoy, Jean-Louis Louvel, Guillaume Pennelle, Marine Caron et Jean-François Bures.

Par Amandine Pointel

Aux dernières élections municipales en 2014, Yvon Robert, tête de liste socialiste, avait été élu à la mairie de Rouen avec 46,81% des voix au second tour. Mais à 70 ans, il a choisi de ne pas se représenter. 

Dans un contexte local tendu et impacté par la catastrophe de l'incendie de Lubrizol, pas moins de 10 listes seront donc présentes pour le premier tour et le scrutin s'annonce plus que serré.
 
 

Revoir le débat :

Découvrez les bilans, les projets, les échanges, les arguments et les programmes des candidats avec des personnalités engagées en tête de liste.

Les candidats présents au débat :
  • Jean- Michel Bérégovoy pour la liste EELV "Réenchantons Rouen" 
  • Jean-François Bures (ex LR ) pour la liste "Au coeur de Rouen"
  • Marine Caron pour la liste "Ensemble pour Rouen"
  • Jean-Louis Louvel pour la liste "Rouen autrement" 
  • Nicolas Mayer-Rossignol pour la liste "Fier-e-s de Rouen"
  • Guillaume Pennelle (RN) pour la liste du "Rassemblement National 76" 

 
 

Sur Lubrizol et l'éco-quartier Flaubert

Si l'environnement semble l'enjeu majeur de ces municipales 2020 en France, il l'est un peu plus qu'ailleur à Rouen, depuis un certain 26 septembre 2019 et cet incendie dévastateur de sur le site de l’usine de Lubrizol. Quel pourrait être le pouvoir du maire en la matière ? Six mois après la catastrophe, quelle serait la priorité sur ce sujet et quelles leçons en tirer ?
 


“Le maire demandera la transparence totale sur l’incendie de Lubrizol. Il faut des exercices de sécurité réguliers, pris en charge par l’Etat. Ce n’est pas à la ville de s’adapter aux usines mais aux usines de s’adapter à la ville ", indique Jean-Michel Bérégovoy, candidat d'Europe Ecologie les Verts.

"Le premier sujet, c'est la sécurité. Le maire de Rouen n'est même pas dans le comité de la Métropole pour décider de l'ouverture ou de la fermeture de Lubrizol.", explique Nicolas Mayer-Rossignol. "Je veux être le maire de Rouen et président de la Métropole pour avoir le pouvoir de prendre ce genre de décision."

"Il ne faut pas fermer l'usine, ce n'est pas la bonne décision", commente Guillaume Pennelle (RN). "Ce qu’on a vécu est un avertissement, on doit en tirer les leçons collectivement. On a eu une défaillance sur le sujet, il faut mettre en place des dispositifs d’alerte pour ne pas se retrouver dans une nouvelle situation d’angoisse.", ajoute Marine Caron.

Exemple concret qui a ému bien au-delà de la métropole rouennaise : c’est le projet de l’éco quartier Flaubert. Qu’en faire aujourd’hui ? "On parle de 50.000 emplois. Il faut que ce quartier se fasse. C'est une necessité pour le développement économique de la ville, on ne peut pas dépendre de la présence ou non de Lubrizol.", commente Jean-François Bures.

Vers une "métropole verte"

Au-delà de l’écoquartier Flaubert, les candidats semblent tous avoir pour objectif de faire de Rouen une "métropole verte". Cela passe entre autre par la poursuite du développement des modes de transports doux et des pistes cyclables. La place de la voiture et du stationnement reste l’un des thèmes qui préoccupent le plus les habitants de la ville.

Si Jean-Michel Bérégovoy propose la gratuité des transports en commun "en commençant par une gratuité le week-end, ainsi que pour les moins de 26 ans", Jean-François Bures opte pour "la validité du ticket de transport qui passe à 4 heures au lieu d'une heure". "On doit pouvoir défendre un partage équilibré de l'espace public : vélos, piétons, voitures. Le vélo doit avoir de vraies pistes cyclables", commente Marine Caron.

Je ne veux pas que ma ville devienne un second Hidalgo.
Guillaume Pennelle, candidat RN

"Il ne faut surtout pas avoir une écologie punitive", indique Guillaume Pennelle. "Je ne veux pas que ma ville devienne un second Hidalgo, un second Paris. La voiture n'est pas un adversaire, il ne faut pas supprimer la voiture en ville. Chacun a sa place. Il faut privilégier les zones bleues." 

Sur le Contournement Est

Autre sujet qui fait débat : le projet de Contournement Est de Rouen, qui consiste à créer une liaison autoroutière reliant l’A28 nord à hauteur d’Isneauville et l’A13 et l’A154 près d’Incarville, ainsi que le "rond-point aux vaches".

"Je suis pour le contournement est. Il faut désengorger la ville.", indique le candidat Jean-Louis Louvel. "On ne peut pas être la seule métropole de France qui n'a pas un semblant de périphérique."

"On sait depuis très longtemps que le contournement Est est inutile et destructeur, générateur de 50 000 tonnes de CO2 en plus et artificialisant 500 hectares de terres naturelles. C’est irresponsable, il y a d’autres solutions", commente Jean-Michel Bérégovoy. "Nous proposons un contournement Ouest, qui coûterait beaucoup moins et polluerait beaucoup moins."

"Je ne veux plus de camions en centre-ville", explique Nicolas Mayer-Rossignol. "On prévoit 40 km de contournement à 12 euros de péage pour les poids lourds."

Sur la sécurité

C’est une question qui préoccupe les habitants de la ville de Rouen. A l’automne dernier, la délinquance générale a bondi de 11 % par rapport au début de l’année dernière dans la zone Elbeuf-Rouen. Autrefois plus clivante, cette question de la sécurité voit aujourd’hui plusieurs des propositions des candidats se rejoindre, à commencer par l’augmentation des effectifs de police municipale.

Pour Marine Caron, qui veut doubler les effectifs et installer plus d’une soixantaine de caméras, il faudrait une police métropolitaine. "Je veux faire de la police municipale des acteurs de proximité, pas des gens vus seulement comme des verbalisateurs.", explique la benjamine et unique candidate de ces élections à Rouen.

"La bonne protection au bon endroit. Il faut soutenir les associations, la préventions. Il faut bien sûr repenser les missions de la police municipale. La vidéosurveillance n’est pas une réponse absolue.", indique Jean-Michel Bérégovoy.
 

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, il faudrait multiplier les effectifs et créer une "police intercommunale des transports".

Pour Jean-François Bures, il faut doubler les effectifs de la police municipale et tripler le dispositif de vidéoprotection en le passant de 30 à 100. "On n'a pas de brigade de nuit. Les policiers municipaux s'arrêtent à 22h. C'est inacceptable." Jean-Louis Louvel souhaite également renforcer la police de nuit.

"Il faut une police municipale qui soit présente 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et qui soit armée", ajoute Guillaume Pennelle.

Les autres candidats à la mairie de Rouen

  • Lionel Descamps (LFI) pour la liste "Rouen notre commune
  • Marc Fouilloux (NPA), pour la liste "Nos vies, pas leurs profits. Rouen en lutte
  • Alexandre Guesdon, soutenu par le Parti Animaliste 
  • Frédéric Podguszer (LO),  "Faire entendre le camp des travailleurs"
 

Retrouvez tous nos articles sur les municipales 2020 en Normandie avec notre carte interactive

 
Agrandissez notre carte en cliquant sur le menu en haut à gauche de la carte et retrouvez nos articles en un clic sur les communes de votre choix .

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus