"On discute beaucoup plus" : et si venir avec son chien au travail était la solution pour améliorer son quotidien ?

Depuis le début du mois d'avril, les agents de la Ville de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), sont autorisés, sous certaines conditions, à amener leur chien au bureau. L'objectif ? Améliorer la qualité de vie au travail des personnels et s'engager davantage pour la cause animale. L'expérimentation, prévue pour durer trois mois, pourrait bien être pérennisée.

"Je ne fume pas, je ne bois pas de café, mais maintenant, je fais des pauses pour mon chien", se réjouit Carine Gillot, fonctionnaire à la mairie de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Comme les autres agents de la Ville, elle est autorisée, depuis début avril 2024, à amener son chien au travail, pour son plus grand bonheur. 

L'expérimentation du dispositif "Mon animal au travail" a été mise en place par la mairie, en lien avec les représentants du personnel et le directeur général des services. Si la venue des chiens s'organise de "manière spontanée et intelligente", elle est assortie de plusieurs règles, explique Stéphane Castrale Bela, le directeur général des Services.

Une organisation cadrée et en bonne intelligence

Tout d'abord, les agents travaillant dans des lieux de vie collective, la restauration, l'accueil des enfants et des personnes âgées, et les agents en contact direct avec le public en sont exclus. 

Les chiens doivent être à jour de leurs vaccins, être âgés de plus de six mois et les chiens catégorisés 1 et 2 ne sont pas acceptés. 

On ne peut pas maîtriser l'appréhension du public par rapport à l'animal.

Stéphane Castrale Bela, directeur général des services

Les agents sont autorisés à amener leur animal jusqu'à trois jours par semaine, mais il ne doit y avoir qu'un animal maximum par bureau. Un dispositif de consentement préalable doit également être signé unanimement par les personnes travaillant au même étage que l'agent souhaitant amener son animal afin que les personnes allergiques ou phobiques ne soient pas incommodées.

Afin que les personnes circulant entre les différents étages de la mairie ne soient pas surprises de trouver un chien derrière la porte d'un bureau, la mairie a également choisi de mettre en place un système d'identification des bureaux qui accueillent un chien via une petite affiche collée sur la porte. 

Au sein de l'hôtel de Ville de Saint-Pierre-lès-Elbeuf, une dizaine d'agents amène déjà ou a manifesté sa volonté d'amener son chien au travail. Un agent de police municipal participe aussi à l'expérimentation. 

"Ils sont calmes, n'aboient pas et ne bougent pas"

Depuis début avril, Carine Gillot a déjà amené deux de ses quatre chiens au bureau. "J'ai choisi ceux qui me semblaient les plus appropriés, car ils sont calmes, n'aboient pas et ne bougent pas", détaille la fonctionnaire de mairie. 

Ainsi, Naïla, sept ans, et Lulu, quatre ans, deux petits bergers des Shetland, ont découvert ce pour quoi leur maîtresse disparaissait mystérieusement chaque matin de la semaine.

Ça a du sens de travailler avec son animal, cela fait partie du bien-être des agents.

Nadia Mezrar, la maire de Saint-Pierre-lès-Elbeuf

"L'idée est de permettre à ceux qui passent beaucoup de temps au travail d'être moins stressés aussi par rapport à son chien qui l'attend à la maison", appuie Nadia Mezrar. 

"Un vecteur de lien entre les agents"

Depuis quelques jours, Carine Gillot est ravie de voir ce que la présence d'un de ses chiens au bureau peut apporter à tout le monde. 

"Les gens rentrent dans mon bureau en cherchant le chien, j'ai aussi une collègue qui avait peur des chiens et qui a réussi à caresser mes deux chiens", illustre-t-elle.

On discute beaucoup plus. [...] L'autre jour, j'ai promené mon chien avec une collègue en sortant du travail alors que je ne la fréquente pas d'habitude.

Carine Gillot, fonctionnaire à la mairie de Saint-Pierre-lès-Elbeuf

"On a remarqué que les agents stressés sont plus apaisés et favorables à échanger. C'est vraiment intéressant", observe Stéphane Castrale Bela. "Le chien est un vecteur de lien entre les agents. Il renvoie chacun à son rapport avec les animaux et c'est plutôt très apprécié", constate de son côté Nadia Mezrar.

Engagement pour le bien-être animal

Cette expérimentation est aussi "une étape de plus" dans l'engagement de la mairie pour le bien-être animal. En 2023, la mairie a contribué à mettre en place plusieurs actions pour permettre de répertorier, signaler, identifier et stériliser les animaux errants et les proposer à l'adoption. Un dispositif permis notamment par un groupe de 24 volontaires, des associations et une clinique vétérinaire. En quelques mois, 16 chats et 13 chiens ont ainsi été pris en charge par la Ville et les associations partenaires.

En France, les agents municipaux de Grenoble et de Suresnes sont autorisés à amener leur chien au travail, et de plus en plus d'entreprises privées proposent cette possibilité à leurs employés, mais le mouvement prend doucement, alors qu'il est démocratisé aux États-Unis.

À Saint-Pierre-lès-Elbeuf, l'expérimentation doit durer jusqu'au mois de juin. Si elle est positive, et que le règlement définitif est validé en conseil municipal et par le comité social territorial, elle devrait être pérennisée. L'idée pourrait faire des émules. Plusieurs municipalités ont récemment manifesté leur intérêt pour ce dispositif auprès de la mairie seinomarine.

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité