Pourquoi Mélanie Boulanger, la maire PS de Canteleu, démissionne

Mise en cause dans une affaire de trafic de stupéfiants depuis octobre 2021, Mélanie Boulanger, l’édile PS de Canteleu, a annoncé avoir démissionné de son mandat. Dans un communiqué, mercredi 21 février 2024, elle explique sa décision pour raisons de santé.

"Cette accusation persiste, comme un atroce rouleau compresseur, qui me broie chaque jour un peu plus." Par ces quelques mots, la maire de Canteleu, explique son choix de se retirer du monde politique. Depuis plusieurs mois, elle tentait de clamer son innocence ans une affaire de trafic de drogues. 

Complicité de trafic de stupéfiants 

En décembre 2023, le parquet de Bobigny, saisi de l’affaire, a réclamé un renvoi en correctionnelle pour la maire de Canteleu, pour "complicité de trafic de stupéfiants", au côté de l’un de ses adjoints, Hasbi Colak, en charge du développement économique. 17 autres personnes sont également visées par cette réquisition.

Selon le parquet, la maire socialiste aurait facilité le trafic de stupéfiants, orchestré par la famille Meziani, résidant à Canteleu, en différant “l’installation de caméras de vidéosurveillance”.

"Si ses déclarations et les documents qu'elle fournit montrent que, publiquement, celle-ci tentait de lutter contre les trafics de stupéfiants sur sa commune, les investigations ont démontré que parallèlement, elle 'travaillait' avec les Meziani en leur fournissant des informations essentielles à la pérennité et au développement de leur trafic de stupéfiants", a mis en avant le parquet.

Mélanie Boulanger clame toujours son innocence 

Après ces accusations, Mélanie Boulanger était restée silencieuse. C’est son avocat, Arnaud de Saint Remy, qui s’exprimait jusqu’alors. Il nous avait confiés le mois dernier “déplorer le traitement médiatique de l’affaire”, et promettait des poursuites. 

"Cette information a fuité dans la presse avant même que nous ne soyons destinataires d’une notification par le juge d’instruction. Cette violation du secret de l’instruction fera l’objet d’une plainte de notre part."

Dans son communiqué, Mélanie Boulanger a tenu à adresser un dernier mot pour les habitants de sa commune et les remercier pour leur soutien. Elle explique n’avoir jamais voulu abandonner ce combat, mais qu’aujourd’hui, sa santé est fragilisée.

Selon l’édile, ce feuilleton judiciaire lui a infligé “une décompensation” (dégradation soudaine et importante du fonctionnement de l’organisme). “Ce combat médical est le seul qui ne soit pas compatible avec les lourdes responsabilités de Maire, et c’est pourquoi je suis contrainte d’y renoncer”, écrit-elle. 

Le soutien de Nicolas Mayer-Rossignol 

En apprenant la démission de Mélanie Boulanger, le maire de Rouen et Président de la Métropole Rouen Normandie, a tenu à apporter son soutien à l'édile de Canteleu. "Mélanie Boulanger est une Maire de Canteleu exemplaire. Depuis près de 10 ans, elle se bat, bien seule, trop seule, contre la drogue, les trafiquants, l'insécurité (...) Dans cette épreuve terrible qu'elle traverse, je lui renouvelle mon amitié, mon soutien et mon admiration pour son courage", a-t-il écrit dans un communiqué publié ce mercredi 21 février. 

Un procès avant l'été

Dans l’attente de son procès qui devrait se tenir avant l’été, Mélanie Boulanger et tous les protagonistes demeurent présumés innocents. Mélanie Boulanger a également adressé sa démission du mandat de conseillère régionale au Président de la Région Normandie. 

Selon le journal Le Poulpe, la maire de Canteleu pourrait passer la main à Tom Delayahe, jeune élu municipal proche du PS.