Qualité de l'air : après les bus électriques, la métropole de Rouen veut miser sur l'hydrogène

Dans le contexte d'une "bataille pour le climat et la réduction de nos émissions polluantes", la Métropole Rouen Normandie annonce l'achat de 11 bus à hydrogène et le développement d'une unité de production d'hydrogène vert.

La Seine à Rouen vue de la côte Sainte-Catherine
La Seine à Rouen vue de la côte Sainte-Catherine © Richard Plumet / France Télévisions

Responsable de l'organisation des transports en commun sur son territoire, la Métropole-Rouen-Normandie a lancé une vaste opération de "verdissement" de la motorisation de la flotte de bus.

Vers la fin des autobus à moteur diesel

Si l'exploitation opérationnelle est déléguée à la TCAR (filiale de Transdev) sous le nom commercial de "Réseau Astuce", la Métropole définit les choix stratégiques. C'est ainsi que le remplacement des bus à moteur diesel (polluants et bruyants) est devenu une priorité : "Face à l’urgence climatique, l’heure est à l’action. Nous sommes pleinement engagés dans la transition social-écologique et nous allons encore amplifier nos efforts." C'est ce que déclarait Nicolas Mayer-Rossignol, président de la Métropole Rouen Normandie le  25 février 2021 en annonçant l'acquisition de 10 bus électriques Mercedes.

La livraison de ces bus l'été prochain sera l'occasion de tester deux types de batteries : des batteries NCM, Nickel-Manganèse-Cobalt, pour huit autobus et des batteries LMP à électrolyte solide pour deux véhicules.

Des bus à hydrogène

En poursuivant son engagement en matière de lutte contre le changement climatique  la Métropole Rouen Normandie veut répondre aux nécessités de déplacement des citoyens en mettant en place des solutions innovantes et performantes dans  les questions de mobilité des années à venir : décarbonation des flottes de véhicules, filière hydrogène, pistes cyclables et services vélos, tram-train et ferroviaire métropolitain, navette fluviale…

En complément des premiers bus électriques commandés, et pour tenir compte des réalités topographiques, comme les côtes à monter ou les très longues lignes de bus, où les bus électriques risquent d'avoir des difficultés d'autonomie, la métropole rouennaise a annoncé ce lundi (8 mars) vouloir miser sur l'hydrogène.

Avec une livraison prévue à la fin du premier semestre 2022, onze bus fonctionnant à l'hydrogène ont été commandés. Mais, en marge de cette acquisition, c'est l'annonce d'un projet de production d'hydrogène vert qui va positionner la métropole rouennaise comme une référence en matière de transition écologique et énergétique.

 Nous adoptons une stratégie efficace et écologique, en implantant une station de production locale et de distribution de notre propre hydrogène au dépôt de bus des "2 rivières". Pour renforcer cette initiative inédite et l’accompagner d’un soutien financier, nous sommes candidats à l’appel à projets de l’ADEME "Ecosystèmes Territoriaux Hydrogène"

Nicolas  Mayer-Rossignol,
président (PS) de la métropole Rouen Normandie

Cet appel à projets  s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale hydrogène et du Plan de relance. Le dossier métropolitain s’intitule "Rouen Vallée Hydrogène". Les résultats de cet appel à projets sont attendus pour la mi-mars.
Avec "Rouen Vallée Hydrogène" l'ambition est de développer un savoir-faire et un écosystème locaux, impliquant des flottes de véhicules de toutes tailles, publiques ou privées, ainsi que des consommateurs industriels.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transition énergétique énergie environnement transports en commun économie transports