Quand Rémy Julienne, le cascadeur de James Bond, faisait étape à Rouen

Décédé des suites du Covid-19 le 22 janvier 2021, le célèbre cascadeur ne sera pas oublié à Rouen où il avait remporté les 24 Heures motonautiques.

29 Janvier 2013 : Rémy Julienne reçoit la médaille d'honneur de la ville de Rouen des mains de son amie l'artiste peintre Françoise Lemaître-Leroux à la galerie Rollin
29 Janvier 2013 : Rémy Julienne reçoit la médaille d'honneur de la ville de Rouen des mains de son amie l'artiste peintre Françoise Lemaître-Leroux à la galerie Rollin © Richard Plumet / France Télévisions

L'homme aux plus de 1000 films, qui participa notamment à six James Bond, était en réanimation, hospitalisé à Montargis (Loiret), depuis le début du mois de janvier 2021.  Rémy Julienne est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi des suites du Covid-19, à l'âge de 90 ans.

Dans les plus grands films

Champion de France de moto-cross, il réalisa ses premières prouesses de pilotage au cinéma en doublant Jean Marais dans Fantômas en 1964. C'était le début d'une carrière de plus de 50 ans avec des cascades dans 1.400 films, longs métrages, clips et publicités.

VIDEO : le parcours de Rémy Julienne . Reportage France Télévisions de P. Deschamps et V. Castel

Un grand nom du cinéma

En plus de son talent de cascadeur, Rémy Julienne avait un réel don pour savoir ce qui allait être spectaculaire à l'image et comment la caméra devait le capter. C'est ainsi qu'il a travaillé avec les plus grands réalisateurs  : François Truffaut, Leos Carax, Dino Risi, Terence Young, Sydney Pollack, Gérard Oury, Claude Lelouch, Jacques Deray, Marcel  Camus.

Il avait aussi  gagné la confiance des acteurs pour la mise au point des cascades et leur doublage quand c'était nécessaire : Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Yves Montand, Roger Moore, Sean Connery…

Voilà pourquoi nous avons tous vu des cascades de Rémy Julienne.

VIDEO : quelques cascades de Rémy Julienne

Vitesse sur l'eau de la Seine à Rouen

Rémy Julienne s'illustra aussi dans la compétition sur bateau à moteur en participant à la plus grande épreuve mondiale d'endurance : les 24 Heures motonautiques de Rouen.
Il remporta l'édition de 1982 avec Bruno Masurier et Jean-Claude Bouttier.

Médaille d'honneur de la ville de Rouen

Rémy Julienne est revenu à Rouen en 2013. Le 29 janvier il était venu à la galerie Rollin pour le vernissage de l’exposition de son amie Françoise Lemaître-Leroux, artiste peintre spécialisée dans le sport et notamment dans l’automobile.

C'est au cours de ce vernissage que Rémy Julienne reçut  la médaille d'honneur de la ville de Rouen avant de rencontrer quelques journalistes présents parmi lesquels Catherine Dente, rédactrice de la rubrique "Rouen vue par…" dans les colonnes de Côté Rouen, mais aussi l'auteur de cet article.

En 2013, alors âgé de 83 ans, ce spécialiste du cinéma (expert en scénario et en réalisation) était toujours en activité.
Il confia ce soir-là  un de ses secrets  d'une cascade réussie : l’identification et la prévision des risques. Son moteur : l’absolu, "à fond la caisse".

"Quand je parle de mon métier de cascadeur, il y a une question qui m'horripile littéralement , c'est quand on me demande "combien avez-vous cassé de voitures ?"   

"C'est pas pour le plaisir de casser, parce que ça me fait très très mal, ça. Mais par contre, pour l'action, pour le film, pour l'histoire, alors quand c'est nécessaire de casser quelque chose, j'essaie de le faire le mieux possible. Mais c'est pas ma tasse de thé de casser !"

Vous savez, quand je descends les escaliers du Sacré Cœur en tonneaux avec une Rolls, bah, ça me fait pas rire au départ, mais après c'est le boulot, c'est le job !

Rémy Julienne,
à Rouen en 2013

VIDEO : Rémy Julienne reçoit la médaille d'honneur de la ville de Rouen à la galerie Rollin (janvier 2013)

Les cascades remplacées par des effets spéciaux numériques

En 2013, s’il travaillait toujours avec les plus grands réalisateurs, il constatait, un peu fataliste, que l’emploi d’effets spéciaux et d’images numériques remplaçait de plus en plus les véritables cascades dans les scènes d’action. D’où sa reconversion (et sa fierté) dans la conception d’un spectacle pour les parcs d’attractions de Disney.
Un concept made in France que Rémy Julienne avait  réussi à vendre et à exporter aux USA dans le parc d’Orlando.

Rémy Julienne au service de la prévention routière (29/01/2013)

"Nul n’est prophète en son pays"

Autre confidence de Rémy Julienne  en 2013 à Rouen : son regret de n’avoir pu convaincre au fil des ans les différents ministres français d’utiliser ses compétences de cascadeur pour réaliser, comme en Suisse, des films d’éducation à la sécurité routière. 

Ce qui n’a pas empêché, en revanche, la Justice de faire appel à ses services d’expert pour élucider l’affaire, en 1999, du meurtre d’une étudiante anglaise dans le train Limoges-Paris avec une spectaculaire, mais efficace reconstitution. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture auto-moto sport automobile