Rouen bien partie pour être capitale de la culture européenne en 2028 ?

La capitale normande sera-t-elle celle de la culture européenne en 2028 ? Sa candidature est en tous cas en bonne voie. Une grande réunion avec les principaux acteurs culturels concernés a lancé mercredi 16 janvier 2018 les bases d'une association de préfiguration.   

© France 3 Normandie
Ils sont venus nombreux ce mercredi soir dans la grande salle de l'H2O à Rouen pour la deuxième réunion sur la candidature de la capitale seino-marine comme capitale européenne de la culture en 2028. Tous des spécialistes ou des acteurs prépondérants de l'univers culturel rouennais et normand qui pour la plupart avaient déjà participé à la première réunion il y a un an.  

Au pupitre : Sylvain Amic, le conservateur en chef des musées de Rouen, Agnès Desarthe, écrivaine et traductrice, ou encore Gilbert Coullier, producteur de spectacles. Ils sont venus débattre et s'exprimer sur les modalités, les conditions, où les retombées multiples de cette candidature. 

En jeu: le développement touristique, culturel et économique d'une grande agglomération comme celle de Rouen mais pas uniquement. La Culture se conçoit ici avant tout comme une affaire à l'échelle normande avec tous ses partenaires. 

Pour Fréderic Sanchez, le président de Rouen Métropole, qui est à la manoeuvre sur ce dossier crucial, "il faut fédérer de nombreux partenaires culturels et institutionnels et créer une association de préfiguration à laquelle seront conviées d'autres villes normandes comme Le Havre, Caen ou Avranches.." 
 

Frédéric Sanchez veut créer une association pour Rouen capitale européenne de la Culture ©France 3 Normandie

 

Quels sont les atouts de Rouen dans cette course européenne ?


La ville aux cent clochers dispose de nombreux atouts patrimoniaux d'exception comme ses monuments historiques où ses musées. Un des objectifs poursuivis par cette candidature pourrait être celui de leur restauration ou du moins de leur rayonnement.
Frédéric Sanchez, Président de Rouen Métropole

Pas de projet pharaonique au programme donc pour Frédéric Sanchez, mais plutôt un developpement du patrimoine existant avec une fédération culturelle au niveau des territoires normands.

On pourrait ainsi imaginer une grande boucle culturelle autour des sites rouennais mais aussi d'autres lieux emblématiques régionaux comme le Mont-Saint-Michel...
 

Frédéric Sanchez veut une fédération culturelle des territoires normands ©France 3 Normandie


Une prochaine réunion devrait se tenir avant l'été 2019. Tous ces acteurs ont encore un peu de temps devant eux pour mener à bien leurs reflexions. Le dossier de candidature officielle doit être déposé en 2022
La dernière capitale de la culture européenne en France fut Marseille-Provence en 2013. Le dispositif existe depuis 1985 et a permis, jusqu’à présent, d'attribuer le titre à plus de 50 villes dans toute l’Union européenne. 

Le 9 avril dernier, sur sa page Facebook officielle, la Métropole de Rouen Normandie avait publié un spot "Et pourquoi pas Rouen", invitant les internautes à participer à une réunion dans un des lieux culturels emblématiques de la ville, le 106 : 
 

 

A quoi servent les capitales européennes de la culture ?  


L'initiative des Capitales européennes de la culture poursuit plusieurs objectifs :

En outre, l’expérience a montré que cette manifestation est une excellente occasion pour : 

 

Comment sont désignées les capitales européennes de la culture ?


Six ans avant l’année de la manifestation, les États membres d’accueil sélectionnés publient un appel à candidatures, généralement par l’intermédiaire de leur ministère de la culture. Les villes qui souhaitent participer au concours doivent soumettre une proposition pour examen.

Un jury d’experts indépendants dans le domaine de la culture examine les candidatures au regard d’une série de critères au cours d’une phase de présélection. Le jury présélectionne une liste de villes, qui sont ensuite invitées à soumettre des candidatures plus détaillées.
Ensuite, le jury se réunit à nouveau afin d'évaluer les candidatures finales et recommande une ville par pays d'accueil pour le titre. La ville recommandée est ensuite officiellement désignée comme Capitale européenne de la culture.

La Commission européenne veille à ce que les règles établies au niveau de l’UE soient respectées tout au long de la procédure de sélection. De la nomination à la mise en oeuvre.

Les Capitales européennes de la culture sont officiellement désignées quatre ans avant l’année effective. Cette longue période est nécessaire à la planification et à la préparation d’un événement aussi complexe. Au cours de ces quatre années, le jury, soutenu par la Commission européenne, aide les Capitales européennes de la culture en les conseillant et en faisant le point sur leur préparation.

À l’issue de cette période de suivi, le jury décide s’il convient ou non de recommander à la Commission d'attribuer le prix Melina Mercouri (qui représente actuellement 1,5 million d’euros financés par le programme «Europe créative» de l’UE).
 

Quels résultats et quelles retombées ? 


Chaque année, la Commission européenne publie un rapport d’évaluation sur les résultats atteints par les Capitales européennes de la culture de l’année précédente. Après 2019, les villes procéderont à leur propre évaluation et la transmettront à la Commission avant la fin de l’année suivant celle où elles ont obtenu le titre.


 
         

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture europe politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter