Rouen : la statue de Napoléon à vélo du plasticien Mieszko Bavencoffe va rester quelques jours de plus

Installée devant l'hôtel de ville de Rouen, sur le socle vide de la statue de Napoléon partie en restauration, l'œuvre contemporaine d'un ancien élève des Beaux-Arts représente une vision moderne de l'empereur.

C'est tôt le matin que le dimanche 19 septembre 2021 un artiste a apporté sa contribution de façon très originale aux Journées Européennes du Patrimoine en s'emparant de l'imposant socle situé devant l'hôtel de ville de Rouen.

L'espace est vide depuis le démontage de la statue de Napoléon pour des travaux de restauration, après la découverte de fissures et de risques de chute. C'est là, sur cet emplacement idéalement situé, que le plasticien Mieszko Bavencoffe a choisi d'exposer son œuvre.

Une statue d'un Napoléon moderne qui, au lieu d'être sur un cheval cabré, fait une roue arrière sur un vélo, un sac de livreur de repas sur le dos.

Posée sans autorisation, cette œuvre d'art contemporain ne devait rester que la journée de dimanche. Finalement l'artiste a décidé de la laisser quelques jours de plus.

Erquy : Alejandro Hernandez, l'un des seuls pêcheurs de vers marins de Bretagne

Ce lundi midi il est venu revoir sa statue. Après les chutes de pluie de la nuit, son Napoléon avait perdu de sa superbe.  Affaissé, avachi, il semblait regarder la rue Lecanuet de travers.

C'est pourquoi, armé d'un manche à balai  et d'un rouleau de ruban adhésif Mieszko Bavencoffe, ancien élève des Beaux-Arts de Rouen, a cherhé pendant une bonne heure une échelle pour monter sur le socle et redresser son Napoléon.

Cette œuvre n'est pas un message politique indique l'artiste, amusé par le nombre de commentaires publiés sur les réseaux sociaux.

Pas question non plus pour lui de s'immiscer dans l'actuel débat rouennais concernant le choix de l'emplacement de la statue de Napoléon à son retour de restauration. Une consultation citoyenne doit déterminer si la statue équestre retrouvera son emplacement devant l'hôtel de ville ou  sera déplacée en bord de Seine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite sculpture culture art polémique société