Une femme tuée à l'arme blanche à Rouen : un suspect mis en examen pour meurtre en récidive légale.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Howlett .

Le corps d'une femme portant des plaies à l'arme à blanche a été retrouvé mercredi 21 septembre dans son appartement à Rouen. Un suspect a été mis en examen pour meurtre en récidive légale. Il avait été condamné en 2013.

C'est une voisine qui a donné l'alerte, n'ayant pas de nouvelle de la victime résidant au 5ème étage d'une résidence située rue du Mail à Rouen.

En entrant dans l'appartement, les pompiers ont découvert le corps de cette femme de 56 ans qui présentait des traces de coups à l’arme blanche

La police scientifique est restée sur les lieux jusque tard dans la nuit de mercredi et le voisinage a été entendu. Par ailleurs une autopsie a été pratiquée vendredi après-midi mais les conclusions ne sont pas encore connues.

D'après les témoignages que nous avons recueillis auprès des voisins, cette femme habitait seule dans l'appartement. Elle était mère de 5 enfants. Seul, son dernier fils âgé de 17 ans vivait parfois chez elle mais résidait le plus souvent chez sa grande soeur.

La police s'intéresse en particulier à l'entourage de la victime car cette femme a connu, du moins dans le passé, des conjoints violents. Une voisine qui la fréquentait nous raconte.

Elle a eu des conjoints qui la frappaient, qui lui parlaient mal. Parfois ça partait en bagarre. Je n'y ai jamais assisté mais il y a 3 ou 4 ans, j'ai vu des bleus, les coups qu'elle avait reçus. Elle m'avait montré son doigt de pieds, le bras et son dos je crois.

Une voisine qui témoigne anonymement

Un suspect a été interpelé jeudi 22 septembre. A l'issue de sa garde à vue, le parquet de Rouen a décidé de l'ouverture d'une information et de sa présentation ce samedi 24 septembre au palais de justice à un juge d'instruction.

Le suspect, qui conteste les faits, a été mis en examen pour meurtre en récidive légale, ayant déjà été condamné pour meurtre par la Cour d'assises de la Seine Maritime en 2013 à 16 années de réclusion criminelle, peine qu'il a intégralement purgée avec les réductions de peine prévues par la loi.

Sur réquisition du parquet, il a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité