TÉMOIGNAGE. À Rouen, une maman célibataire agressée sexuellement en pleine nuit dans son lit

Une jeune femme lance l'alerte : "un agresseur sexuel rôde en ville à la recherche de mères seules à agresser dans leur propre lit". Cette dernière a subi une agression sexuelle dans son propre appartement à Rouen (Seine-Maritime). Selon le procureur, des cas similaires ont déjà été constatés.
La maman célibataire a été surprise par son agresseur en pleine nuit dans son lit.
La maman célibataire a été surprise par son agresseur en pleine nuit dans son lit. © Photo d'illustration AltoPress / Maxppp

“J'ai été victime d'une agression sexuelle en pleine nuit à mon domicile par un inconnu.” Le récit que nous livre Magali (le prénom a été modifié), jeune maman de 30 ans, est glaçant. Les faits se sont produits dans la nuit 14 au 15 juillet 2021 à Rouen dans un quartier de la rive gauche. 

Agressée dans son propre lit

Vers 4h20 du matin, alors qu’elle dormait dans son appartement situé au rez-de-chaussé, elle aperçoit au bord de son lit “la silhouette d’un homme qui porte une capuche”.

Je pense rêver et ouvre et ferme les yeux à plusieurs reprises. Le temps de réaliser, je crie, il me saute dessus et me dit "ferme ta gueule ou je vais dans la chambre de tes enfants". Je panique et suis tétanisée.

Magali

La jeune femme subit alors une agression sexuelle. Elle réalise pendant ce temps que ses enfants de 6 et 9 ans ne sont pas là mais chez leur père. “J’ai senti mes poings se desserrer à ce moment précis”, nous raconte la jeune femme. Avant de repartir, l’inconnu lui “bloque le cou” et lui lance : “Cette histoire restera entre nous d'accord ? Si tu parles à la police je sais où tu es maintenant et je reviendrai, d'accord?” La jeune femme confirme, puis l’agresseur disparaît dans la nuit.

Selon elle, l’homme aurait forcé la porte fenêtre de son balcon pour s’introduire dans son domicile.

Une enquête en cours

Après son agression, Magali décide d’aller se réfugier chez son père avant d’appeler la police au petit matin. “L'homme qui m'écoute ne me croit pas et me demande si mon histoire est imaginaire ou si je suis alcoolisée, j’ai cru que c’était une blague !” Une patrouille est ensuite envoyée aux alentours de 7h au domicile de la victime. “Ils ont pris ma déposition puis m’ont emmenée au commissariat pour que je porte plainte pour agression sexuelle.” 

Depuis, l’enquête avance doucement. “La police judiciaire est venue prélever les draps et prendre des photos. Ils ont aussi récupéré les vidéosurveillances du parking”

Les propos de la maman célibataire ont été confirmés via un dépôt de plainte auprès des services de police dont France 3 Normandie a pris connaissance. Le procureur de la République Pascal Prache nous confirme qu’une enquête est en cours à la Direction Départementale de la Sécurité publique (DDSP) “à la suite d’une plainte déposée par cette victime pour agression sexuelle”.

Deux autres cas similaires sur des mamans célibataires

Le procureur de la République nous indique aussi qu’un "rapprochement a été effectué avec deux autres plaintes (agression sexuelle et vol dans un cas, violation de domicile dans un autre cas) de juin et juillet 2021: l’enquête là aussi se poursuit."

“J’ai appris qu’il s’agissait aussi de mamans célibataires, qui habitent en rez-de-chaussée”, ajoute Magali. La jeune maman lance un cri d’alarme : “Il faut que cette affaire soit médiatisée pour permettre aux enquêteurs d'avancer et de faire la lumière sur ce pervers qui n'est pas à son premier coup d'essai”

Un agresseur sexuel rôde en ville à la recherche de mères seules à agresser dans leur propre lit. Nous serions 3 à ce jour a avoir subi cela.

Magali

Une histoire qui rappelle celle du violeur des balcons

Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle du “violeur des balcons", dans le Vaucluse entre 2013 et 2015. Ce père de deux enfants divorcé s'introduisait chez ses victimes, qui habitaient dans des résidences de deux ou trois étages, en passant par les fenêtres laissées ouvertes entre 4h et 7h, s'assurant qu'elles vivaient seules. Le visage dissimulé et ganté, il les contraignait ensuite à laver et nettoyer les lieux à la javel, allant même jusqu'à disperser des cristaux pour effacer ses traces chez l'une d'entre elles. Les enquêteurs avaient toutefois réussi a relever des traces ADN.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers