TEMOIGNAGE- Les enfants sont aussi les victimes des violences conjugales

A Rouen, un quadragénaire sort de son silence pour raconter ce qu'il lui est arrivé étant enfant et s'engager, aux côtés de femmes, dans une association de lutte contre les féminicides
 
Son père a tué sa mère. il témoigne pour aider les autres victimes.
Son père a tué sa mère. il témoigne pour aider les autres victimes. © Bruno Belamri / France Télévisions (image extraite d'une vidéo tournée par un JRI)
A 42 ans, Rachid Lamara a décidé de témoigner. De parler de son enfance volée, de son adolescence confisquée. Pour se libérer de sa colère, avec "un énorme soulagement" il parle du meurtre de sa mère par son père.

Une forme de violence meurtrière, qu'à l'époque, on qualifiait de "crime passionnel"…

Mon père a été condamné à 7 ans de prison. Moi je dis qu'il n'a pas fait qu'un seul assassinat, mais qu'il a fait cinq assassinats…
Parce qu'il avait quatre enfants mineurs et il n'a pas pensé à eux. Il a dit qu'il frappait ma mère avec le couteau jusqu'à ce que la lame du couteau soit plantée dedans…
Mais ce mec-là avait 1,8 gramme dans le sang, il a siroté quelques demis avant d'aller la tuer, pour se donner du courage a-t-il dit...

♦ Rachid Lamara, victime de violences conjugales

Le 16 octobre 1982, Debia Lamara était assassinée par son mari de 44 coups de couteaux, laissant une fratrie 4 garçons orphelins et à jamais meurtris. Rachid a aujourd'hui 42 ans et sa vie a repris du sens depuis qu'il a décidé de témoigner, et qu'il s'est engagé dans une association de lutte contre les féminicides. 
 
Les enfants sont aussi les victimes des violences conjugales. Témoignage
VIDEO : le reportage de Myriam Libert et Bruno Belamri (montage : Juliette Bondil)
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide société témoignage sorties et loisirs faits divers