Vol dans les cimetières : des actes en recrudescence près de Rouen

Publié le
Écrit par Richard Plumet

Après d'autres communes normandes, le cimetière de Petit-Quevilly (Seine-Maritime) est la cible de voleurs. Les familles des défunts réclament des moyens de surveillance.

C'est dans le département de la Manche que des affaires de vols dans les cimetières avaient été relatées par la presse ces dernières années.

En 2019, après de nombreux vols de fleurs, des habitants de la commune de la Lucerne d'Outremer avaient piégé le voleur en installant un traceur GPS dans un pot d'hortensias.

En 2021 les gendarmes de Sartilly arrêtaient un homme soupçonné d'avoir volé, pour en revendre le métal, 18 croix en fonte dans le cimetière de Genêts.

Plus récemment, c'est près de Rouen, à Petit-Quevilly, que de plusieurs vols ont été commis dans le cimetière. Des familles ont porté plainte et ont alerté la mairie après la disparition de plaques, médaillons, statuettes, mais aussi de pots, vases, plantes et fleurs.  

C'est le cas de Magali, qui vient régulièrement sur la tombe de son père décédé il y a 5 ans. Avec sa mère, elle constate, dépitée, les vols à répétition, comme l'a expliqué à notre journaliste Maxime Fourrier :  "Quand on met quelque chose, on se demande si cela va encore être là le lendemain ? Là, par exemple, dans ces vases, il y avait deux belles fleurs : elles ne sont restées que 24 heures !"  

"En fait, notre deuil, on ne le finit jamais parce qu'à chaque vol, c'est un coup de poignard…"

Magali Pinot, victime de vols sur la sépulture de son père au cimetière de Petit-Quevilly
durée de la vidéo : 01min 46
VIDEO : nombreux vols constatés dans un cimetière près de Rouen (Reportage : M. Fourrier et P. Cornily. Montage : C. Lebret) ©France Télévisions

Impuissante et excédée face à cette situation qui la blesse, Magali a décidé de faire déplacer la tombe de son père dans le cimetière d'une commune voisine.  

La mairie va renforcer la surveillance des cimetières

Sollicitée par de nombreuses familles dans le même cas que Magali la mairie étudie des solutions pour tenter de mettre à cette recrudescence de vols.
En posant des caméras de vidéo-protection ? Non, répond Bruno Nouali, maire-adjoint de Petit-Quevilly, car ce n'est pas le meilleur remède :

"Notre cimetière est très grand : il fait 4 hectares et compte plus de 6000 tombes. Quand vous êtes au milieu, vous ne voyez pas l'entrée, et quand vous êtes au fond, vous ne voyez pas le milieu. Il faudrait donc mettre en place un énorme réseau de caméras. Des caméras vidéo dont l'efficacité reste discutable, car quand on a affaire à des individus, souvent masqués, qu'on ne peut pas identifier dans le cadre d'une enquête, cela ne sert pas à grand-chose".

L'adjoint au maire, qui a conscience du désarroi des habitants, ajoute que le problème soulevé n'est pas simple à régler : "Notre cimetière est fermé le soir et la nuit et on ne peut pas mettre des agents  en continu, 24h / 24  sur le site. On cherche des solutions, actuellement, nous n'en avons pas."

La mairie de Petit-Quevilly précise que des patrouilles de la police municipales sont renforcées depuis plusieurs semaines autour du cimetière.