Seine-Maritime : en 2020, la délinquance a baissé mais les violences intrafamiliales ont augmenté

Alors que la délinquance a baissé de 13 points en 2020, le préfet de Seine-Maritime s'est inquiété de voir le nombre de violences intrafamiliales augmenter significativement la même année. Autre chiffre notable : le nombre d'atteinte aux biens a baissé de plus de 20%.

Illustration. Le préfet de l'Eure, Jérôme Filippini, a dressé, ce vendredi 29 janvier, le bilan de la sécurité publique 2020.
Illustration. Le préfet de l'Eure, Jérôme Filippini, a dressé, ce vendredi 29 janvier, le bilan de la sécurité publique 2020. © Rémy Perrin/MaxPPP

C'est un bilan attendu chaque année. Le préfet de Seine-Maritime, Pierre-André Durand, a présenté ce mardi 2 février les chiffres de la délinquance sur le département pour l'année 2020. Accompagné par les plus hauts gradés de la Police Nationale, de la Police aux Frontières, de la Gendarmerie Nationale et du procureur de Rouen, Pierre-André Durand a détaillé des chiffres marqués par une "baisse forte et généralisée" de la délinquance en Seine-Maritime en 2020.

Des atteintes aux personnes et aux biens en baisse

Le préfet de Seine-Maritime a d'abord évoqué le chiffre le plus signifiant du bilan de la sécurité l'année passée sur le département. Il a été constaté une baisse générale de la délinquance de 13,4%.D'abord, les atteintes aux biens ont chuté de 20,5% entre 2019 et 2020. "Ce chiffre s'explique notamment par la baisse des cambriolages, rendus évidemment plus difficiles à cause des périodes de confinement. Les gens étaient chez eux, ça complique ce type d'infraction", souligne le préfet. Ensuite, les atteintes volontaires à l'intégrité physique ont également baissé de 4,3%, "11.655 agressions ont été rapportées en 2020 dans tout le département", détaille Pierre-André Durand. Là aussi, la baisse peut-être corrélée avec les périodes de confinement du printemps et de l'automne.

De son côté, le procureur de la République de Rouen a annoncé que le nombre de gardes à vue a baissé de 15%. Le nombre de jugement en correctionnel a également baissé de 20% en 2020. Le magistrat a tout de même souhaité temporiser : "nous avons eu une année soutenue. Et ce malgré la grève des avocats et la crise sanitaire".

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Véronique Arnould / France Télévisions

Les violences intrafamiliales en hausse

En revanche, le nombre de violences signalées au sein de la cellule familiale a augmenté en 2020. "La hausse des faits de violences intrafamiliales est 8,1% en Seine-Maritime en 2020, s'inquiète le préfet, ces comportements souvent liés aux confinements sont très préoccupants". Le procureur de la République de Rouen a ajouté que 900 procédures liées à ce type de faits avaient été traités dans sa circonscription l'année dernière.

Sur le plan judiciaire, le magistrat constate que le nombre de procédures engagées suite à des violences intrafamiliales (entre conjoints, enfants et parents) a augmenté de 40% en 2020. Une forte hausse également liée à des dossiers traités l'année dernière pour des faits commis en 2019. Les violences conjugales (entre conjoints) ont augmenté de 6,9% avec 2128 signalements aux forces de l'ordre.

Au niveau national, le nombre de victimes de violences dans le cadre intrafamilial a augmenté de 9%.

Le nombre d'escroqueries augmente en 2020

"Là encore, les délinquants se sont adaptés aux nouvelles habitudes des Français", explique le préfet de Seine Maritime. Le nombre d'escroqueries et d'infractions économiques et financières a bondi de 11,2% l'année dernière.
Les voleurs ont profité de l'explosion des achats sur internet pendant le confinement pour sévir sur la toile et dérober les internautes. En zone gendarmerie (zone rurale), les victimes sont encore plus nombreuses avec une hausse de 36,4% entre 2019 et 2020 des faits d'escroqueries.

Du côté de la sécurité routière, les chiffres - non significatifs en raison des confinements - sont en baisse. 33 personnes ont perdu la vie en Seine-Maritime en 2020, c'est deux victimes de moins qu'en 2019. Le nombre de décès sur les routes seino-marines est en baisse constante depuis 5 ans.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité délinquance routière