Seine-Maritime : pour lutter contre le gaspillage alimentaire, il propose sa boîte à patates

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mathilde Riou et Grégory Thélu

Un agriculteur du pays de Caux (Seine-Maritime) propose une vente directe de ses pommes de terre refusées par la grande distribution.

En purée, en salade ou à la poêle, les pommes de terre plaisent aux petits comme aux grands pourtant pour certaines enseignes en plus d’être bonnes, les patates doivent être belles. Les producteurs sont contraints de répondre à certains critères de taille et d’apparence pour pouvoir vendre leurs légumes en supermarché. Une hérésie pour Christine, cette amatrice de patates qui n’a pas hésité à se rendre dans cette exploitation d’Hautot-Saint-Sulpice près d’Yvetot (Seine-Maritime).

 

Moi les pommes de terre moches ne me dérangent pas. On cuisine avec tout et j’ai l’habitude d’acheter chez le producteur. Je n’achète jamais en grande surface ».

Christine

 

Du bon sens et un mode de consommation qui tend à se répandre en Normandie. Réduction de l’empreinte carbone, favorisation des circuits courts ou encore rémunération au plus juste des producteurs, les alternatives à la grande distribution fleurissent dans les cinq départements.

Guillaume Tesson, producteur de pommes de terre à Hautot-Saint-Sulpice près d’Yvetot a mis en place une boîte à patates à l’entrée de son exploitation. Tout repose sur la confiance. Les clients peuvent payer par chèque ou espèces directement dans une boîte à l’intérieur de la boite à patates.  C’est lors d’un voyage en Ecosse où il a vu une « honesty box » (boite d’honnêteté) qu’il a eu l’idée de faire la même chose dans le pays de Caux. Ce concept est répandu dans les pays anglo-saxons et fonctionne depuis des années.

« Ca va de 3 à 5 euros le filet de 10 kilos suivant la variété » précise Guillaume Tesson qui est ravi du succès de sa boîte à patates mise en place depuis mi-décembre. Il envisage désormais de proposer ses patates difformes aux associations caritatives.  

L'agriculteur du Pays de Caux produit chaque année 900 tonnes de pommes de terre et celles aux formes étranges ne sont pas rares puisqu’elles représentent environ 5% de sa récolte. « Elles auront des aspects non standards c’est-à-dire ni rondes ni ovales. Elles peuvent se présenter sous forme de cœur, avec des picots voire des crevasses » précise Guillaume Tesson. Ces pommes de terre sont consommables et de qualité mais elles restent pourtant invendables. Malgré les campagnes de communication de certaines enseignes, les circuits de la grande distribution continuent d'ignorer ces produits qui se trouvent bien souvent déformés à cause des fortes pluies.

Cliquez-ici si vous souhaiter consommer frais et local en Normandie. Vous pouvez également vous rendre sur le site acheteralasource qui géolocalise les producteurs près de chez vous.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité