Violences à Washington : les réactions d'élus politiques en Normandie face à l'envahissement du Capitole

Plusieurs élus politiques de Normandie ont réagit après les violences qui se sont produites mercredi soir, à Washington. Des partisans de Donald Trump ont envahi le Capitole, interrompant la session qui devait confirmer la victoire de Joe Biden. 
 

Le Capitole a été envahi par des pro-Trump mercredi soir (Etats-Unis)
Le Capitole a été envahi par des pro-Trump mercredi soir (Etats-Unis) © AFP

Scènes inimaginables à Washington: des partisans de Donald Trump ont envahi mercredi 6 janvier le Capitole, temple de la démocratie américaine, interrompant la session qui devait confirmer la victoire de Joe Biden.
Après une coupure de plusieurs heures, le Congrès a repris en soirée le processus de certification de la victoire du démocrate.

Les images prises de l'intérieur du majestueux bâtiment situé au coeur de la capitale
fédérale américaine marqueront l'Histoire. Elles resteront à jamais associées à la fin du mandat tumultueux de Donald Trump. 
 

En Normandie aussi les élus politiques réagissent : 

Pour Hervé Morin, le président (centrise) de la région Normandie met directement en cause la personnalité abjecte de Donald Trump... 

Sébastien Jumel : pour le député communiste de Dieppe il s'agit là "d'un coup de force". Il dénonce une "attaque" au cœur de la démocratie américaine.

Catherine Morin-Desailly : la sénatrice centriste évoque "l'irresponsabilité de Trump" et la "fin de règne indigne". 

Agnès Firmin Le Bodo : députée (Agir) de Seine-Maritime 

Damien Adam : député LREM de la Seine Maritime s'offusque :  "des images terribles qui mettent la démocratie est en danger aujourd’hui aux Etats-Unis mais sûrement bientôt chez nous. Le populisme veut tuer la démocratie, cette belle idée qui consiste à permettre au peuple de choisir à la majorité ses représentants. Presevons-la ensemble".

Bruno Questel député LREM de Seine Maritime évoque une tentative de coup d'état : 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
international violence faits divers politique