Coronavirus / Témoignages : en première ligne et démunis, deux infirmiers nous racontent leur quotidien

Ils sont épuisés et démunis devant l'ampleur de leur tâche. Les infirmiers sont des acteurs indispensables dans la lutte contre le coronavirus, mais souffrent d'un manque manifeste de matériel de protection.

Les infirmiers attendent des masques adaptés à la situation.
Les infirmiers attendent des masques adaptés à la situation. © Thierry Laurent, infirmier libéral.

" Les soignants sont hyper inquiets, surtout ceux qui travaillent à domicile. On sent que l'épidémie va arriver et qu'on a pas ce qu'il faut ! " 

Thierry Laurent est infirmier libéral à Darnétal en Seine-Maritime. Aujourd'hui il aura rendu visite à domicile à une quarantaine de patients. 
Depuis deux jours, on lui demande aussi de faire des prélèvements naso pharingé pour dépister un éventuel covid 19 sur du personnel soignant. 
Or ce prélèvement provoque des éternuements et ce n'est avec son masque chirurgical qu'il est protégé ! Les masques adaptés, les FFP2 ne sont toujours pas disponibles, ni même les surblouses.

"On réclame des masques ! Certains FFP2 arrivent dans le Calvados c'est bien mais ça reste un petit secteur. En Seine-Maritime, on a de plus en plus de cas aussi

Néanmoins Thierry peut compter sur la solidarité entre soignants.
A Darnétal, les infirmiers ont créé un groupe sur un réseau social pour s'entraider, auquel participent aussi des aides à domicile, envoyées au front sans la moindre protection.

Lorsqu'il rentre chez lui après sa journée de travail, Thierry laisse tous ses vêtements à la cave et en met de nouveaux pour entrer chez lui et ne pas contaminer les siens.

Même dispositions pour Sébastien Tuytten infirmier libéral à Falaise dans le Calvados. 
Père de deux enfants, il est surtout inquiet pour eux.

"Je ne pense pas au danger, quand on fait ce métier on connait les risques encourus.
J'ai peur pour mes enfants, alors je me change quatre fois par jour dans mon garage, les vêtements vont directement à la machine


"On est vigilants, on fait nos soins en surveillant d'éventuels signes cliniques. J'ai vu 22 personnes ce matin, pas de suspicion, mais certaines personnes sont plus à risque que d'autres" explique Sébastien.


Trois masques par jour et par infirmier 

Sébastien dispose de 3 masques chirugicaux par jour, les FFP2 étant réservés pour l'instant aux zones avec patients infectés.
"Trois masques par jour c'est trop peu surtout si on a un doute sur un patient, il faudrait en changer ".
Même pénurie sur les gants et le gel hydroalcoolique. 
Récemment la mairie de Falaise leur a donné des petites bouteilles de gel hydroalcoolique qui restaient des élections municipales. Les infirmiers se dépannent aussi en gants. 
"On se coordonne comme on peut. on a tous reçu un appel de la sécurité sociale pour savoir si on pouvait prendre en charge des covid 19, on a tous dit oui"

Mais pour Thierry, "la situation est parfois si critique que l'on entend des infirmiers parler de droit de retrait tant ils ne se sentent pas protégés".


Le rôle des patients dans la prophylaxie


"On discute beaucoup plus avec les patients, nous explique Sébastien, Les personnes agées qui ont connu d'autres évènements dans leur vie sont sérieuses, elles respectent le confinement. Elles sont surtout inquiètes pour leurs proches.Certains n'ont pas de lien avec leur famille, pas d'ordinateur pour faire du skype" 

Thierry et Sébastien reçoivent un certain nombre de gestes de sympathie et de soutien de la part de la population . "Prenez soin de vous" leur intiment souvent leurs patients, qui ont tant besoin d'eux. 

Mais pour être toujours disponibles, les personnels soignants demandent aussi à la population d'être patiente et de reporter les soins non urgents. Et aussi de ne pas prendre de risque inconsidéré.

" On a des patients à risque que l'on voit dehors tous les jours et qui n'ont pas changé leurs habitudes" nous explique Thierry Laurent

Chaque soir à 20 heures, des applaudissemnts retentissent aux fenêtres pour remercier tous les personnels médicaux qui oeuvrent dans la lutte contre le cornavirus.

"Ca me touche énormément, nous confie Thierry Laurent, on est sensibles à ces marques d'encouragement...ça donne envie de pleurer"

Pour travailler correctement et mener leurs missions du mieux qu'ils peuvent, les infirmiers, aides soignants, aides à domicile, médecins vous demandent instamment de rester chez vous !!

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie coronavirus/covid-19 santé société