Trafic de stupéfiants : Mélanie Boulanger, maire PS de Canteleu, interpellée et placée en garde à vue

Publié le Mis à jour le
Écrit par Artur Deshayes et Amandine Pointel (avec AFP)
Mélanie Boulanger, le 24 juin 2021, lors grand débat du second tour des Elections régionales sur France 3 Normandie
Mélanie Boulanger, le 24 juin 2021, lors grand débat du second tour des Elections régionales sur France 3 Normandie © France Télévisions

Mélanie Boulanger, maire socialiste de Canteleu (Seine-Maritime), a été interpellée vendredi 8 octobre 2021. Selon nos informations, la tête de liste PS-EELV aux dernières élections régionales est en garde à vue à Rouen. Ce coup de filet anti stupéfiants a conduit à 18 autres interpellations.

Au lendemain de son interpellation, Mélanie Boulanger est toujours entendue dans les locaux de l'Hôtel de Police de Rouen ce samedi 9 octobre. La garde à vue de la maire de Canteleu se poursuit dans le cadre d'une enquête pour trafic de stupéfiants et associations de malfaiteurs. Elle doit s'expliquer sur ses liens présumés avec les principaux acteurs de ce dossier de grande ampleur, notamment une famille avec laquelle elle aurait été en contact téléphonique.

Selon nos informations, c’est à son domicile que Mélanie Boulanger a été interpellée vendredi 8 octobre 2021 dans la matinée. La maire de Canteleu a été placée en garde à vue à Rouen après un coup de filet anti stupéfiants.

Frédéric Teillet, procureur de la République de Rouen, a expliqué à l’AFP que "cette opération s'est déroulée sur commission rogatoire d'un magistrat instructeur du tribunal judiciaire de Bobigny", en Seine-Saint-Denis. Selon une source policière, Mélanie Boulanger a été placée en garde à vue dans le cadre de cette enquête pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs. Une enquête commencée il y a deux ans.

15 interpellations en Seine-Maritime

Dans un communiqué en soirée, le procureur de la République de Bobigny Éric Mathais a précisé que 19 personnes au total ont été interpellées, quinze en Seine-Maritime et quatre en Seine-Saint-Denis. L'entourage de l'élue socialiste évoque une "manière de faire scandaleuse" et une "violence surréaliste". Selon nos informations, son adjoint au développement économique, aux commerces et à l'emploi a également été interpellé.

Selon le procureur de Bobigny, les personnes ont été interpellées et placées en garde à vue "sur commission rogatoire d'un juge d'instruction de Bobigny, saisi d'une information judiciaire ouverte depuis septembre 2019 des chefs de trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs".

Les investigations ont permis "d'identifier plusieurs personnes en lien avec ce trafic" et ont conduit à "programmer une opération simultanée", a détaillé le magistrat. Les interpellations ont été réalisées par le service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93), saisi des investigations, ainsi que par la service de sûreté départementale de la DDSP de Seine-Maritime, selon Éric Mathais.

Des "armes de guerre" saisies

Le procureur de Bobigny n'a pas confirmé ni démenti l'interpellation de Mélanie Boulanger, mais précise que des perquisitions réalisées vendredi "ont permis de saisir 15 kg d'héroïne, 25 kg de produit de coupe, des armes à feu et la somme de 375.000 euros".

Une source proche du dossier, interrogée par l'AFP, a évoqué des "armes de guerre", des mini pistolets mitrailleurs Uzi.

Vendredis soir, le procureur a souligné que les gardes à vues sont "toujours en cours et pouvant aller jusqu'à 96 heures, sont susceptibles d'être prolongées". "Le juge d'instruction décidera à l'issue des suites à donner pour chaque personne", a rappelé Éric Mathais.

"Une violence surréaliste" pour ses collaborateurs

Ni les proches collaborateurs de Mélanie Boulanger, ni sa famille politique ne souhaitent s'exprimer pour le moment. Selon son équipe municipales, la tête de liste PS-Europe Ecologie Les Verts aux dernières élections régionales a pris contact hier avec un avocat. Elle pourrait prendre la parole après sa garde à vue à Rouen qui pourrait durer jusqu'à lundi matin.

Sur Facebook, le maire de Conches en Ouches (Eure), Jérôme Pascot, a affiché son soutien : "Je connais très bien Mélanie Boulanger. Elle est une amie proche, depuis 25 ans. Et depuis tout ce temps, elle m’a prouvé, maintes fois, combien elle est intègre!! Nul doute que tout sera vite très clair. Nul doute qu’elle est au dessus de tout soupçon!"

Sur Twitter, le maire de Val-de-Reuil Marc-Antoine Jamet déclare : "J’ai été son patron. Je suis son ami. La qualité première d’un(e) élu(e) pour moi est l’honnêteté. Je ne reconnais pas la Mélanie Boulanger que j’estime dans ce qu’on raconte. On peut beaucoup changer. Dont acte. Si non, juges et policiers porteraient une lourde responsabilité."

Le trafic de stupéfiants, un réel enjeu à Canteleu

Mélanie Boulanger, 44 ans, maire de Canteleu depuis 2014 et vice-présidente de la Métropole Rouen Normandie, était arrivée deuxième aux élections régionales, s’inclinant face à Hervé Morin.

A Canteleu, 15 000 habitants, la lutte contre le trafic de stupéfiants est un réel enjeu. Il y a quelques semaines encore, un trafic a été démantelé : les policiers ont retrouvé cocaine, héroïne et argent liquide dans une maison de la commune. Fin mars, la police se félicitait de la saisie de 100 g d’héroïne, sur Twitter.

En décembre 2020, Mélanie Boulanger demandait, avec 21 autres maires de la Métropole de Rouen, des renforts de police pour lutter contre le trafic de stupéfiants. Elle déclarait à nos confrères de Paris-Normandie : "J’ai des mères de famille qui ne veulent plus que leurs enfants aillent jouer dehors. Elles ont peur que leur enfant se fasse recruter par un réseau pour qu’ils deviennent guetteurs. Les trafiquants occupent l’espace public au vu et au su de tous, de façon ostentatoire".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.