• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Trois services de renseignement suivaient l'un des tueurs du Père Hamel sur les réseaux sociaux

L'intervention des policiers de Rouen le 26 juillet 2016 durant l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray / © Jean-Marc Pitte
L'intervention des policiers de Rouen le 26 juillet 2016 durant l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray / © Jean-Marc Pitte

D'après le Canard Enchaîné en date du 31 janvier, les notes des renseignements concernant Adel Kermiche, l'un des assassins du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray, se sont multipliées, cinq jours avant l'attentat.

Par Emmanuelle Partouche

On savait déjà, à la suite d'une enquête de Mediapart publiée le 5 janvier dernier, que la Direction du renseignement de la Préfecture de police de Paris (DRPP) filait le jeune homme de 19 ans, notamment sur la messagerie cryptée Telegram.

Une information confirmée dans un rapport de l'Inspection générale de la police nationale le 14 janvier dernier.

Le renseignement militaire et le renseignement territorial également au courant 

D'après les informations de nos confrères du Canard, la Direction du renseignement militaire était également sur les traces d'Adel Kermiche. Des notes ont même étaient rédigées dans la semaine qui a précédé l'attaque du 26 juillet en l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Des agents de la Direction du renseignement militaire (DRM) s'étaient également infiltrés dans la chaîne de propagande lancée le 11 juin sur Telegram par Kermiche sous le pseudonyme de Jayyed. En témoignent trois notes, rédigées les 22, 25 et 26 juillet au matin, jour de l'assassinat du prêtre. [...] Malheureusement, la première note, rédigée un vendredi, veille d'un week-end estival, n'est pas lue immédiatement.

Quant au Service central du renseignement territorial (SCRT) :

Elle pond une note, transmise à tous les services de police. Ses auteurs préviennent eux aussi l'Allat (ndlr : une cellule destinée à pister les islamistes) qu'un certain Jayyed, dont ils fournissent une photo -floue- appelle à commettre des attentats en France, notamment dans des lieux de culte.

D'après l'hebdomadaire satirique. Aucun service ne prévient la DGSI, la Direction générale de la sécurité intérieure, en alerte 24h/24. C'est pourtant la procédure en vigueur en d'acte terroriste imminent.

Voyez les explications de Catherine Lecompte
 

Trois services de renseignement suivaient l'un des tueurs du Père Hamel sur les réseaux sociaux



► Retrouvez ici tous les articles consacrés à l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

 

 




Sur le même sujet

La Normandie présente en force au salon du Bourget 2019

Les + Lus