Vendanges en Normandie : une histoire ancienne

Ce mois de septembre marque le temps des vendanges dans le Bordelais, en Borgogne ou encore dans le Sud de la France mais aussi en Normandie. La région est plus célèbre pour son cidre ou son Calvados mais du vin est produit dans notre région depuis l'Antiquité. Retour sur cette histoire étonnante. 

Edouard Capron, viticulteur à Freneuse en vallée de Seine, admire la robe de son vin blanc normand
Edouard Capron, viticulteur à Freneuse en vallée de Seine, admire la robe de son vin blanc normand © France 3 Normandie

En cette fin d'été 2019, sur les coteaux du Mont Fortin à Bois-Guillaume, dans l'agglomération rouennaise, les membres de l'association "In Vigno Meritas" récoltent le raisin avec vue au loin sur les clochers de la ville de Rouen.  Ces passionnés ont planté ces vignes il y a quatre ans. Le cépage choisi est le solaris, très répandu pour le raisin blanc en Allemagne. Leur objectif : produire 1000 bouteilles par an. A moins de 20 kilomètres, à Freneuse, en vallée de Seine, Edouard Capron, ancien négociant en vin, goûte le vin issu des vendanges de l'an passé. "Il est quand même assez coloré, on sent déjà l'aspect floral avec une bonne vivacité".  Même s'il n'a pas encore commercialisé ce doux nectar qui a mûri pendant un an, il croît toujours en son projet.

Il est quand même assez coloré, on sent déjà l'aspect floral avec une bonne vivacité

Une année 2019 marquée par la canicule

Tous sont unanimes, la récolte de cette année est décevante voir mauvaise. Si les températures élevées du printemps et du début de l'été permettaient de rêver à un vin prometteur, la canicule avec une vague de fortes chaleurs à plus de 40 degrès a entraîné des dégâts importants sur les vignes. 70 % du raisin a brûlé regrette Philippe Rivals, le président de l'association "In Vigno Meritas". Edouard Capron, à Freneuse, avait placé de nombreux espoirs pour ce millésime et lancer la vente de son vin. "La canicule en a décidé autrement, ce qui remet à un petit peu plus tard la rentabilité économique du domaine". 
De Bois-Guillaume à la Vallée de la Seine et au domaine de Saint-Expédit, ces pasionnés de viticulture ont souhaité perpétuer une tradition qui remonte à l'époque gallo-romaine. Mais forcé de constater, le vin normand n'a jamais pu rivaliser avec les grands crus. 

Du vin produit en Normandie depuis les Romains


Une fois la Normandie conquise aux environs de l’an 50 avant Jésus-Christ, les premières vignes sont plantées dans notre région. Nous savons cela par l'intermédiaire des fouilles archéologiques. 
L’empire romain s’étendait avant tout en Méditerranée, territoire idéal pour la viticulture et donc il a paru essentiel aux Romains d’importer ce breuvage. Mais très vite, les résultats sont peu convaincants, la Normandie reste loin de l’Italie ou du sud de la Gaulle conquise. Malgré tout, le vin s'implante en Normandie et surtout à l'époque médiévale. 

Très vite, les résultats sont peu convaincants, la Normandie reste loin de l’Italie ou du sud de la Gaulle conquise.

De nombreuses vignes font leur apparition dans le paysage normand avec la christianisation et le développement des Abbayes, de plus en plus nombreuses sous Guillaume Le Conquérant au XI è siècle. 
L’apogée de la vigne en Normandie sont les années 1200. Les vignobles s’étendaient de la Vallée de la Bresle à l’Avranchin dans le Sud-Manche. On trouve des vignes partout, dès que le relief propose des pentes bien exposées. Les deux territoires les plus importants sont la vallée de la Seine entre Vernon et les Andelys et les coteaux d’Argences à l’est et au-sud est de Caen. Les Normands sont fiers de leur vignoble. Des grappes de raison ont été sculptées sur un décor de la chapelle du château de Gaillon dans l'Eure. Mais le vin normand ne brille pas pour ses qualités gustatives. 
 
Des vignes sont représentées sur un décor de la chapelle du château de Gaillon dans l'Eure
Des vignes sont représentées sur un décor de la chapelle du château de Gaillon dans l'Eure © Ville de Gaillon et DRAC Normandie

Un "tranche-boyau" 

A l'époque médiévale, les techniques de conservation sont mauvaises, les bouteilles n’existent pas encore. 
Pour l’anecdote, un écrivain normand rédige aux environs de 1220 un poème. Il imagine le roi Philippe Auguste et un prêtre anglais qui dégustent et comparent les vins français. Dans cette histoire, le vin d’Argences est excommunié car jugé trop acide. Le vin du Sud-Manche était surnommé au XVIIe siècle le "tranche-boyau". Et voici un extrait sur le vin de Conihout qui était produit autour de Jumièges. « De Conihout ne boira pas car mène tout droit au trépas ».
Il est donc pas difficile de trinquer et de dire à votre santé ! 

A l'époque médiévale, les techniques de conservation sont mauvaises, les bouteilles n’existent pas encore. 

En conséquence, à la veille de la Révolution, il n’y a presque plus de vin en Normandie. A cela s'ajoute le changement climatique, les températures plus fraîches au fil des siècles et l'apparition du cidre devenu de plus en plus populaire. L’Eure reste tout de même au tournant du XIXè siècle le département le plus important pour la viticulture avec près de 2000 hectares de vignes. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terroir sorties et loisirs histoire région normandie gastronomie