Cet article date de plus de 6 ans

Poitou-Charentes Centre Limousin : les trois présidents de régions pour la fusion

Le projet d'une nouvelle et grande région Poitou-Charentes Centre Limousin est favorablement accueillie par les trois présidents des régions regroupées.
de gauche à droite : Jean-François Macaire, président de la région Poitou-Charentes, Jean-Paul Denanot président de la région Limousin et François Bonneau président de la région Centre
de gauche à droite : Jean-François Macaire, président de la région Poitou-Charentes, Jean-Paul Denanot président de la région Limousin et François Bonneau président de la région Centre © AFP


Centre

François Bonneau, le président PS de la région Centre est plutôt satisfait par ce projet de grande région se félicitant en premier lieu que "le périmètre des régions soit respecté." 

"La région Centre est tournée naturellement vers l'Ouest. Cela a du sens". ""Avec ces deux régions, nous avions engagé une coopération universitaire". "Cela s'inscrit dans la continuité" a-t'il ajouté.

Il souhaite désormais que "les coopérations se préparent" et que ce nouveau schéma permette "tout en conservant les valeurs de la décentralisation, c'est à dire la proximité,de mettre en place une organisation administrative, économique et politique qui soit efficace."


Limousin

Jean-Paul Denanot, président PS du Limousin se montre lui aussi plutôt enthousiaste à l'image de nombreux habitants de sa région.

"J'ai toujours voulu que le Limousin ait une sortie vers l'Altlantique" a-t'il précisé sur son compte Twitter soulignant à son tour que "les trois régions ont déjà l'habitude de travailler ensemble en matière universitaire".



Poitou-Charentes

Enfin Jean-François Macaire, successeur PS de Ségolène Royal à la tête du Poitou-Charentes salue en premier "le non-démantèlement de l'entité Poitou-Charentes". Pour lui, il faut désormais réfléchir au développement qui serait celui d'une région Poitou-Charentes-Centre-Limousin, une "région particulière, (qui serait) une des plus importantes régions rurales de France, non articulée autour d'une grande métropole", et dont le modèle de développement "pourrait s'appuyer sur les villes moyennes.
Il tient également à rassurer en indiquant : 

"On ne va pas déménager les services ou déménager les fonctionnaires, on va travailler de façon multipolaire dans l'optique de faire mieux."




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire