• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La déclaration d'utilité publique de la LGV Poitiers/Limoges publiée ce dimanche matin

© France 3
© France 3

Les conseillers d'Etat ont remis en cause le projet de ligne à grande vitesse entre Poitiers et Limoges en mettant en cause sa rentabilité financière. Malgré cela, la lettre d'utilité publique vient d'être signée par le gouvernement par un décret daté du 10 janvier 2015.

Par G.Fauquembergue et C.Hinckel

La déclaration d'utilité publique concernant la LGV  Poitiers/Limoges vient d'être publiée au Journal Officiel alors que toute l'attention des Français est tournée vers l'expression de la solidarité nationale après la tragédie à Charlie Hebdo et des attentats à Paris.
Cette dernière demande le début des travaux nécessaires à la LGV et est rendue publique malgré l'avis négatif rendu par le Conseil d'Etat. Ce dernier remettait en cause l'utilité publique de la ligne à grande vitesse en projet, qui relierait Poitiers à Limoges. En cause: la rentabilité socio-économique du projet, qui serait "désastreuse", selon la lettre spécialisée Mobilettre.


La décision revient au Conseil d'Etat en cas de nouveau recours

Cependant, cette déclaration ne confirme pas définitivement que la LGV verra bien le jour. Les opposants au projet peuvent maintenant déposer un recours devant le Conseil d'Etat, où celui-ci sera examiné par une autre chambre que celle ayant rendu son avis en décembre dernier. A la suite de quoi, le Conseil rendra une décision, et non pas un avis, et tranchera. Si il donne raison aux opposants, le projet ne verra jamais le jour, si c'est le contraire, les travaux commenceront. Reste à savoir quelle sera l'attitude des opposants au projet. 

 

Le décret d'utilité publique concernant la LGV Poitiers/Limoges

Décret n° 2015-18 du 10 janvier 2015 déclarant d'utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation de la ligne à grande vitesse « Poitiers-Limoges » entre Iteuil (Vienne) et Le Palais-sur-Vienne (Haute-Vienne) et emportant mise en compatibilité des documents d'urbanisme des communes d'Aslonnes, Civaux, Dienné, Fleuré, Gizay, Iteuil, Lhommaizé, Lussac-les-Châteaux, Mazerolles, Roches-Prémarie-Andillé, Vernon, La Villedieu-du-Clain et Vivonne dans le département de la Vienne et des communes de Bellac, Chamborêt, Chaptelat, Limoges, Nieul, Le Palais-sur-Vienne, Peyrilhac et Saint-Jouvent dans le département de la Haute-Vienne.

Sur le même sujet

"Les hirondelles de Kaboul"

Les + Lus