Cet article date de plus de 3 ans

Dégustation d'huîtres : les ostréiculteurs font-ils concurrence aux restaurateurs ?

Sur le littoral de Charente-Maritime, les cabanes à huîtres se multiplient. Au moins treize d'entre elles sont apparues cette année sur l'île de Ré. Ces nouvelles installations font le bonheur des touristes mais elles inquiètent les restaurateurs, mécontents de cette concurrence.
Les cabanes où l'on peut déguster des huîtres se multiplient sur l'île de Ré.
Les cabanes où l'on peut déguster des huîtres se multiplient sur l'île de Ré. © France 3
Inquiets devant ces cabanes qui semblent fleurir un peu partout, les restaurateurs interpellent le préfet de Charente-Maritime sur le respect de la législation. La polémique a été relancée avec le début de la saison touristique pourtant l'histoire a déjà donné lieu à de multiples polémiques. 


Dégustation mais pas restauration

En 2015, la préfecture de Charente-Maritime a édicté une charte définissant les conditions de "l’activité de dégustation des produits de l’aquaculture". Première chose à retenir : dégustation ne veut pas dire restauration. La vente des huîtres à déguster doit rester pour les entreprises une activité de découverte complémentaire à celle de production, celle-ci doit rester prépondérante. Elle doit ensuite respecter de nombreuses règles très précises codifiant par exemple la liste des accompagnements pouvant être proposés, du vin blanc au pain/beurre ou au citron mais aussi les normes de sécurité et d'hygiène. La vente est limitée aux espèces produites localement par les professionnels de la mer. 
Pour les restaurateurs, ces règles ne seraient pas toujours respectées, un avis contesté par les ostréiculteurs. Pour les producteurs, la dégustation est avec la vente directe une source de revenus supplémentaires et un moyen de faire découvrir leurs produits.

Le reportage sur l'île de Ré de Laurence Couvrand, Pierre Lahaye :
 
cabanes à huîtres

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société tourisme économie ostréiculture