Les pluies violentes des derniers jours, couplées aux grandes marées, ont entamé le littoral de l'île. Ce dimanche 29 octobre, plusieurs riverains sont venus constater les dégâts sur la plage de Vert Bois. Le réensablement de certaines zones dunaires, en guise de protection, est déjà entamé alors que l'hiver n'a pas commencé.

Les riverains de l'Île d'Oléron sont habitués à ces scènes : après la tempête, des arbres déracinés et des débris marins jonchent le littoral. Les dunes, affaissées, témoignent de la force de l'océan.
Ce dimanche 29 octobre sur la plage de Vert Bois, Thomas Ferrec, responsable du Wind Oleron club, dresse le même constat. "Tous les jours, on vient constater ce qu'il se passe. La cale principale, qui sert de mise à l'eau pour les bateaux, s'est affaissée dans un premier temps. Depuis hier, tout le sable est parti, raconte le propriétaire du club de voile. Le bloc de béton ne repose plus sur rien donc forcément ça tombe. Et le parvis de l'école de voile continue de fissurer dans la foulée."

Le littoral le plus touché par l'érosion en Europe

C'est en arrivant sur la plage que Thomas Ferrec a découvert des fissures au niveau de la cabane. "En deux jours, on a perdu cinq à six mètres de dunes, c'est impressionnant", abonde son collègue.
L'Île d'oléron est soumise à l'érosion la plus forte d'Europe : l'océan y avance de 15 à 20 mètres par an.

Depuis plusieurs jours, la Charente-Maritime est touchée par de fortes intempéries. Grande marée, coefficient élevé, forte houle. Les facteurs étaient réunis pour un nouvel épisode d'érosion. Si le phénomène est bien connu des riverains, certains s'inquiètent de l'ampleur des dégâts du jour.

"J'habite juste derrière la dune. Je suis là depuis que j'ai cinq ans et là je suis inquiète, explique Nelly.

J'ai rarement vu autant de dégâts.

Nelly, riveraine de la plage

France 3 Poitou-Charentes

"Je voudrais vraiment que quelque chose soit fait, que l'Office national des forêts, les communes agissent pour nous." ajoute-t-elle.

"Des solutions douces et plus pérennes"

François Sinodinos, conseiller municipal à Dolus-d'Oléron, est lui aussi venu constater la disparation du littoral. "Tous les ans la communauté de communes réensable cette partie-là pour protéger le cordon dunaire. On est à peine fin octobre et la mer a déjà commencé à creuser, soupire l'élu."

Si la mer reprend encore et fait une brèche ici, derrière, c'est une pente, elle déboule directement sur les parkings et la route.

François Sinodinos, conseiller municipal à Dolus-d'Oléron

France 3 Poitou-Charentes

Le conseiller municipal estime que huit mètres de sable ont disparu durant la nuit dernière.

Pour prévenir l'érosion, plusieurs pistes doivent être envisagées. "L'État impose des aménagements doux : nous n'avons pas le droit d'utiliser du béton. Il va y avoir urgence à trouver des solutions douces et plus pérennes dans le temps. Et éviter que chaque année, des dizaines de milliers d'euros soient investis dans l'achat de sable."

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité