Feux de forêt. Un hélicoptère bombardier d'eau en renfort à Jonzac pour la saison estivale

Loué par l'État français, l'hélicoptère et son équipage norvégien ont été affectés à l'aérodrome de Jonzac afin de renforcer les moyens de lutte contre les incendies de forêt pendant tout l'été.

Arrivés ce samedi 3 juin à Jonzac, le Puma Bravo norvégien et son équipage, composé de deux pilotes et d'un mécanicien, sont mis à disposition de la zone Sud-Ouest pour la saison estivale.

Professionnels des travaux aériens, les membres de cet équipage ont été formés au printemps, sur la base de Nîmes, aux méthodes de traitement des feux de forêt développés sur le territoire national.

En cas de départ de feu sur la zone Charente-Maritime nord-Gironde, l'appareil interviendra avec à son bord, en plus de son équipage, un officier sapeur-pompier qui assurera la liaison avec les hommes aux sol.


Un dispositif de renfort national

L'appareil affecté à Jonzac est l'un des dix hélicoptères bombardiers d'eau loués par l'État pour renforcer la flotte nationale de juin à septembre.

Pour répondre au dispositif renforcé annoncé le 12 avril dernier par le chef de l'État, "jusqu’à 10 hélicoptères bombardiers d’eau seront loués au cœur de la saison, dont deux rejoindront la flotte nationale dès le début du mois de juin et quatre pourront être employés jusqu’à fin septembre."

En Nouvelle-Aquitaine, les renforts aériens prévus se composent ainsi :

  • Dès la mi-mars, un renfort de deux Dash et de deux Canadairs sera mobilisable en Gironde en fonction des risques. 
  • Un hélicoptère bombardier d’eau sera positionné en zone Sud-Ouest à compter du 1er juin et un Dash sera positionné à Bordeaux à partir du 1er juillet.
  • Les quatre avions bombardiers d’eau de type Air Tractor seront positionnés à Bordeaux à compter du 1er juillet.

Les moyens terrestres seront aussi renforcés, avec l'apport de sept colonnes supplémentaires dans la région, soit plus de 500 militaires de la sécurité civile.

À l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, ce sont près de 45 000 hectares de végétation qui ont souffert des incendies pendant les neuf premiers mois de 2022. Soit plus du double de la surface brûlée dans la région l'année précédente. Du jamais vu.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité