• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

“Gilets jaunes“ : le bilan de ”l'acte IV” de la mobilisation en Poitou-Charentes

A Angoulême, la mobilisation s'est déroulée dans le calme, malgré quelques montées en tension entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre. / © Bruno Pillet / France 3 Poitou-Charentes
A Angoulême, la mobilisation s'est déroulée dans le calme, malgré quelques montées en tension entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre. / © Bruno Pillet / France 3 Poitou-Charentes

Si l'immense majorité des rassemblements de "gilets jaunes" se sont déroulés dans le calme en Poitou-Charentes, quelques incidents ont émaillé les manifestations, ce samedi. Les forces de l'ordre ont procédé à une dizaine d'interpellations.

Par Hugo Lemonier

Les images de violences urbaines commises lors de cet "acte IV" du mouvement des "gilets jaunes" ont fait le tour du monde. Mais, rien de tel en Poitou-Charentes. Seuls quelques accrochages entre manifestants et forces de l'ordre ont donné lieu à des interpellations.
En Charente, la préfecture annonce le placement en garde à vue d'une personne présentée comme l'"auteur d'outrages et menaces de mort contre les agents de forces de l'ordre". La tombée de la nuit a été marquée par quelques échauffourées, notamment dans les environs du rond-point de Girac où des "gilets jaunes" faisaient face à la police.
Nos confrères de la Charente Libre détaillent l'arrestation de deux autres personnes à Girac. L'une d'elles, appréhendée un peu avant minuit, a été contrôlée avec une "arme de poing factice" en sa possession. L'autre, totalement ivre selon le journal, aurait fondu sur un voiture de police sur les coups de 5 heures du matin. Il a été placé en cellule de dégrisement.

Le rond-point d'Usseau évacué par les gendarmes

En Charente-Maritime, quatre personnes ont été interpellées et placées en garde à vue à la suite d'une opération de gendarmerie à Usseau, à quelques kilomètres de La Rochelle. La préfecture annonçait, ce samedi, que ces personnes étaient suspectées d'"entrave" et "violences sur agents de la force publique".

Une manifestante, présente sur les lieux, dément les accusations avancées par les autorités et dit ne pas s'expliquer l'intervention soudaine des forces de l'ordre sur ce rond-point occupé "dans le calme" depuis trois semaines.
Deux autres personnes ont été interpellées à La Rochelle "pour une vérification d'identité" sans pour autant être placées en garde à vue, affirme la préfecture de Charente-Maritime.

A Saintes, en revanche, la mobilisation s'est déroulée dans le calme et la bonne humeur. Près de 1000 personnes ont défilé avec pour mot d'ordre : "Macron démission !"
 

Quelques échauffourées à Poitiers

Dans la Vienne, la police a procédé à trois interpellations à Châtellerault et Poitiers. Deux ont donné lieux à un placement en garde à vue. Les esprits se sont échauffés en début de soirée dans la zone de Poitiers Sud, où de petits groupes de "gilets jaunes" ont tenté de bloquer une grande artère de la zone commerciale. Les forces de l'ordre ont alors procédé à des tirs de lacrymogènes pour faire reculer les manifestants les plus déterminés.
Ce bilan devra s'affiner dans les prochains jours. Reste à savoir si ces procédures déboucheront sur une comparution devant un tribunal, et in fine sur des condamnations.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé un record de 1723 interpellations en France, dont 1 220 gardes à vue. Mais certaines ont déjà donné lieu à des classements sans suite. On en compte 282, rien qu'à Paris, rapporte Franceinfo.


 

Sur le même sujet

Retour sur le concert d'Ibrahim Maalouf au Surgères Brass Festival

Les + Lus