La justice a annulé les deux arrêtés réglementant l'irrigation sur les bassins du Marais poitevin et de la Charente

Le tribunal administratif de Poitiers a prononcé ce jeudi l'annulation des arrêtés réglementant l'irrigation sur les bassins du Marais poitevin et de la Charente. Une autorisation provisoire a été accordée jusqu'au 1er avril 2021.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Guillaume Souvant - AFP
C'est un jugement très attendu qui a été rendu ce jeudi par le tribunal administratif de Poitiers à propos des irrigations dans les quatre départements de l'ex-région Poitou-Charentes.
Les arrêtés préfectoraux qui réglementaient les prélèvements en eau pour plus de 10 ans ont été annulés par la justice. 

Une autorisation valable pour 15 ans : une première en Poitou-Charentes

En 2016 et 2017, deux arrêtés préfectoraux avaient autorisé les gestionnaires de l'eau en Poitou-Charentes à des prélèvements de millions de M3 destinés à l'irrigation.

Pour la première fois, l'autorisation est valable pour une durée de 15 ans.

Nature Environnement 17 avait alors contesté cette décision, l'association estimait que l'étude d'impact sur l'environnement était insuffisante, elle considèrait aussi que les rapports et présentés par les préfets et les gestionnaires pour justifier l'augmentation des prélèvements n'étaient pas pertinents.

Selon les irrigants, les projets de stockage d'eau permettent d'anticiper les problèmes de sécheresse.

Une audience s'était déroulée en avril dernier à Poitiers. Mais ce jeudi matin, le tribunal administratif de Poitiers a donné raison aux associations de défense de l'environnement. D'ici 2021, l'irrigation sera limitée et controlée selon des critères précis.

Les préfets et les gestionnaires de l'eau devront donc revoir leur copie. Les explications de Marie-Ange Cristofari.
durée de la vidéo: 01 min 04
Arrêtés d'irrigation
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter