À La Rochelle, après les travaux anti-submersion, la formation

Des salariés de la communauté d'agglomération se sont portés volontaires pour contribuer au système d'alerte du territoire. En cas de menace de submersion, ils seront sollicités en première intention pour mettre en place les protections terrestres.
Ce muret sert de banc pour les promeneurs, et de protection en cas d'alerte submersion
Ce muret sert de banc pour les promeneurs, et de protection en cas d'alerte submersion © Valentine Leboeuf (FTV)
Ces images-là sont bien difficiles à oublier... Il y a 8 ans, les violentes rafales de vent provoquées par la tempête Xynthia, associées à un fort coefficient de marée, entraînent la montée du niveau de la mer... La Rochelle est inondée.
 

Des constructions adaptées au réchauffement climatique

Depuis, clapets, murets et batardeaux ont été installés pendant plus d'un an dans le quartier du Gabut. Pendant 2 jours, 26 volontaires de l'agglomération ont été formés pour savoir les manipuler. Désormais, ils connaissent les bons gestes à faire pour les rendre opérationnels. En cas d'alerte météo, ils seront d'astreinte.

Ces clapets peuvent contrer un niveau d'eau équivalent à celui de Xynthia, plus une élévation de 20 cm du niveau de la mer. Une anticipation du réchauffement climatique.

D'autres travaux de submersion sont réalisés dans le département. Mais à La Rochelle ils se fondent dans le décor : les murets peuvent servir de bancs.

Une simulation d'alerte aura lieu le 23 novembre avant les tempêtes d'hiver.
 
À La Rochelle, après les travaux anti-submersion, la formation
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tempête xynthia intempéries météo littoral aménagement du territoire environnement société