La Rochelle : le “fichage” des loueurs privés réjouit les hôteliers

A La Rochelle, même des bateaux sont proposés à la location pour la nuitée / © Cédric Cottaz (FTV)
A La Rochelle, même des bateaux sont proposés à la location pour la nuitée / © Cédric Cottaz (FTV)

Un décret publié au journal officiel oblige les sites de location de logements privés à fournir la liste des biens et des loueurs aux mairies concernées. A La Rochelle, hot spot touristique, cette mesure est appréciée par les professionnels.

Par Marie-Ange Cristofari

Temps morose sur le vieux port en ce début d'automne. Mais le nouveau décret du gouvernement met un peu de baume au cœur des hôteliers. Tous nous l'ont dit, tout ce qui va vers une réglementation plus encadrée de la location privée est bon à prendre. Car la concurrence des plates-formes internet est dure à contrer. D'abord en terme de tarifs. 

C'est des prix en-dessous de la moyenne des hôtels, parfois en dessous des hôtels de première classe, estime Véronique Garreau, hôtelière à La Rochelle.


Et cette concurrence, ils la jugent déloyale et faussée car les règles du jeu en matière d'hébergement ne sont pas égales pour tous.

Nous avons des obligations de sécurité, des obligations concernant la présence des collaborateurs la nuit... On a des charges complètement différentes que celles que peut avoir un privé par exemple, analyse Laurent Kehr, gérant d'un hôtel rochelais.


Aujourd'hui sur Air BnB, la plus célèbre des ces plates-formes, plus de 430 biens sont proposés à la location et l'été, la situation est pire, l'offre explose.

Les gens qui louent aux étudiants, l'été, arrêtent leurs bails pour les fournir aux Air BnB et reprennent les étudiants en septembre. Impossible d'évaluer la préjudice de chiffres d'affaires que ça peut nous causer ou pas, nous dit Antoine Faye, hôtelier à La Rochelle


Et puis louer sur des plates-formes c'est parfois risqué, ce couple en a fait l'expérience hier.

Nous avions fait une réservation sur le site pour 16h, et puis aucune nouvelle jusqu'à 20h, pour finalement avoir un coup de fil d'un monsieur qui expliquait que ce n'était pas de son fait, qu'on serait probablement remboursés à court terme... Mais c'était une histoire un peu étrange, on s'est retrouvés sur le carreau, heureusement nous avons été accueillis dans cet hôtel pour un tarif raisonnable, on s'en est bien sortis.


En attendant si le ciel pouvait s'éclaircir... Le mauvais temps, c'est le premier ennemi du loueur, professionnel ou privé.

Sur le même sujet

Les + Lus