BD. Le jeune artiste d’Angoulême Pablo Raison nous dévoile un nouveau chef-d'œuvre du confinement : la carte de Paris

Pablo Raison s’est fait un nom l’an dernier en publiant ses dessins sur les réseaux sociaux. Étudiant à l’école de l’image d’Angoulême, il s’est lancé dans des projets au long cours, dont une carte de Paris ultra détaillée à l'encre de Chine juste achevée.
Pablo Raison passe en ce moment jusqu'à dix heures chaque jour à sa table de travail.
Pablo Raison passe en ce moment jusqu'à dix heures chaque jour à sa table de travail. © Pablo Raison
C’est un travail de fourmi. Réaliser une carte de Paris et de ses monuments emblématiques à l’encre de Chine. Une minutie exceptionnelle pour un résultat graphique saisissant, voilà la marque de fabrique de Pablo Raison. À 19 ans, l’étudiant à l’école européenne supérieure de l’image (EESI) est parti en urgence de Charente quand il a appris les mesures de confinement. "Je suis désormais chez mes parents dans l’Orne en Normandie. Je suis mieux à la campagne qu’enfermé dans mon petit appartement du centre-ville d’Angoulême" confie-t-il.

10 heures par jour

Dans sa chambre d’enfant, il peut donc continuer à dessiner. Presque toute la journée penché sur ses œuvres, "en moyenne 10 heures par jour. Habituellement, c’est 3 ou 4 heures, après les cours. "Car en parallèle de la carte de Paris, Pablo a par exemple inventé une nouvelle monnaie en dessinant des billets et des pièces.
La monnaie de L'Altanis, le pays imaginaire dessiné par Pablo Raison.
La monnaie de L'Altanis, le pays imaginaire dessiné par Pablo Raison. © Pablo Raison
"C’est un projet pour l’école. Nos professeurs nous suivent à distance. Une exposition est déjà prévue pour la rentrée en octobre" explique-t-il.  Avec ses camarades d’école, il participe à une résidence en quarantaine : chaque jour, un étudiant publie une case de bande-dessinée. "Cette deuxième année est tronquée mais je reprends à l’automne pour la 3e année de mon diplôme national d’art. Je vise un master de bande-dessinée, toujours à Angoulême, et ça c’est en cinq ans."

Une cote en flèche

Pablo a justement retrouvé les personnages de sa BD "Muflon", pour laquelle il avait reçu le 1er prix de la BD scolaire au Festival International d'Angoulême en 2018 et cela le réjouit. "Ça faisait partie des projets que j’avais dans un coin de ma tête mais faute de temps je ne pouvais pas m’y consacrer. En ce moment je peux écrire une page tous les deux jours. J’ai fait venir de nouveaux personnages. Et je leur fais vivre le confinement !"

La cote du jeune artiste a grimpé en flèche l’an dernier quand il a publié l’avancée de sa carte de France à l’encre de Chine. Pablo Raison a gagné de nombreux fans sur son compte Twitter qui affiche désormais près de 72.000 abonnés. "À Noël, j’ai vendu un millier de reproductions de ma carte de France, j’ai reçu de nombreux messages très touchants. J’espère que ma carte de Paris aura autant de succès." Une carte qu'il vient d'ailleurs d'achever. Et les détails sont époustouflants : 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion covid-19 culture société bande dessinée