"Travailler dans la nature, c'est cool" : un hôtel 5 étoiles accueille des élèves pour la création d’un potager

L’hôtel 5 étoiles La Nauve à Cognac, qui a ouvert il y a un peu plus d'un an, accueille des élèves en CAP agricole horticulture pour la création d’un potager qui servira au chef cuisinier. L'objectif, promouvoir les métiers spécialisés dans les espaces verts.

À quelques mètres de l’un des plus beaux hôtels-restaurants de luxe de Cognac, en Charente, sont plantés des pieds de tomates. On y trouve également quelques plants de courgettes, du potimarron et des courges. 

Un potager collectif et local

Cette initiative est partagée par l’établissement de luxe La Nauve, l’Agrocampus de Saintes et une entreprise de travaux paysagers (GSVert Groupe). Pour Anthony Carballo, chef cuisinier de l'hôtel 5 étoiles, ce potager, installé derrière l'hôtel est une source d’inspiration. "C'est un garde-manger qui évolue sans cesse au fil des saisons."

"L'idée n'est pas d'être autonome sur des légumes, surtout pour un établissement comme le nôtre, ce serait utopique. L'idée est d'être dans un écosystème : on fait un joli potager, un joli jardin avec des plantes ornementales, des aromates, des fleurs, des herbes ou des ruches. Dans ce jardin, on a de belles tomates Marmande, cocktail ou blue lagoon qui ont toutes des spécificités différentes", précise Anthony Carballo. "L'an dernier, on utilisait des belles tomates ananas, que l'on faisait griller au barbecue. On venait les cueillir à 18 h 30 et deux heures après, c'était servi. Pour nous, c'est l'idéal."

"C'est une belle opportunité que nous offre la formation"

Un décor privilégié pour des élèves en Cap agricole venus de l’Agrocampus de Saintonge. La plupart, comme Étienne Misat, sont en reconversion professionnelle. "J'ai longtemps fait un métier administratif et j'avais davantage envie de faire un métier manuel, plus près de la terre et plus enrichissant en termes de résultats. C'est une belle opportunité que nous offre la formation, pour pouvoir travailler dans ce beau cadre, un lieu assez exceptionnel. En plus, la formation est financée par la région Nouvelle-Aquitaine et France Travail", ajoute l'élève Cap Agricole spécialité horticulture Agrocampus de Saintonge.

Élisa Leroy, elle aussi en Cap Agricole spécialité horticulture de l'Agrocampus de Saintonge, partage cet avis : "Le fait d'être dehors, travailler dans la nature, c'est cool. Travailler pour un restaurant comme celui-ci, c'est une vraie expérience en plus."

"Il y a une vraie demande, c'est un métier d'avenir"

L'objectif de ce projet, mettre en avant un métier qui a de l’avenir, selon Geoffrey Pacaud, président GSVert Groupe. "On a besoin de nouveaux éléments pour demain. Si les entreprises ne se mettent pas en partenariat avec les écoles, ça n'ira pas. Et travailler dans un cadre comme cela, c'est sympathique pour ces nouveaux arrivants. Il y a une vraie demande, c'est un métier d'avenir : dans l'horticulture, on aura toujours besoin de légumes pour demain. En paysagisme et environnement, la végétation poussera toujours et on aura besoin de l'entretenir."

L'enseignement agricole en France ne cesse de croître : selon le ministère de l'Agriculture, les établissements de l'enseignement agricole ont accueilli 229 000 élèves en septembre 2022, soit 12 500 de plus qu'en 2021.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité