Vidéo. Les vignes du Cognac souffrent du manque d'eau, un stress hydrique qui pourrait affecter les rendements

durée de la vidéo : 00h01mn46s
La chaleur très forte de la fin août et du début du mois de septembre risque de faire des dégâts dans les vignes. Certaines parties du vignoble de Cognac sont touchées par le stress hydrique, le manque d'eau. Bruno Pillet, Cécile Landais et Martine Sitaud. ©France télévisions

Les nombreuses périodes de canicule en août et en ce début du mois de septembre, risquent d'avoir des conséquences sur la vigne. Certaines parties du vignoble du Cognac sont en stress hydrique.

Dans le vignoble charentais, on appelle cela la grillure. Des grappes complètement grillées qui ne seront plus utiles à rien. Mais surtout qui réduiront la production d'eau-de-vie cette année. La cause en est simple, la chaleur. Les canicules du mois d'août et de début septembre ont entraîné un stress hydrique dans les vignes. "Il n'y a pas beaucoup d'ombre pour protéger du soleil, donc ça a tout grillé avant la véraison et après la véraison, il n'y a plus rien.", constate Xavier Desouche viticulteur à Fouquebrune.

La véraison, c'est ce moment très particulier à la fin août, quand le raisin change de couleur, grossit et se gorge de sucres et d'arômes. Mais ce phénomène n'a carrément pas eu lieu sur certaines parcelles

"La plante ayant tellement soif, elle va récupérer l'humidité à l'intérieur de la grappe pour maintenir un feuillage vivant."

Conséquence évidente, une baisse de production à laquelle s'attendent les viticulteurs."Le pourcentage de perte aujourd'hui doit être entre 30 et 40 %" estime Éloi Desouche viticulteur à Fouquebrune également.

Face à ce phénomène qui ne s'arrangera pas au fil des ans et du réchauffement climatique, l'interprofession du Cognac réfléchit à des solutions et elle teste différents systèmes d'irrigation. Mais pour irriguer, il faut encore avoir de l'eau.