• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

L’atelier d’engraissement de Chabrignac va-t-il rouvrir ?

Il faudra attendre l'avis de consultation du public pour savoir si le projet de reprise de l'atelier d'engraissement de Chabrignac (19), à vendre depuis 2016, pourra aboutir. / © France 3 Limousin
Il faudra attendre l'avis de consultation du public pour savoir si le projet de reprise de l'atelier d'engraissement de Chabrignac (19), à vendre depuis 2016, pourra aboutir. / © France 3 Limousin

En vente depuis 2016, l’atelier d’engraissement de Chabrignac en Corrèze intéresse d’éventuels repreneurs. Problème : son autorisation d’exploitation a expiré. Il faut donc un avis de consultation du public.

 

Par Jean-Martial Jonquard

C’est un schéma classique, bien qu’il puisse étonner : l’engraissement des broutards.
Pour nos limousines, c’est généralement en Italie que cela se passe. Mais avant de débuter leur engraissement dans la Botte, les bêtes doivent déjà répondre à certains critères fixés par les transalpins. Et doivent donc être « pré-engraissées » chez nous.
Et c’est exactement dans cette optique que des repreneurs s’intéressent à l’atelier d’engraissement de Chabrignac, en Corrèze. Celui-ci est à vendre depuis 2016.
Leur projet serait de réunir là jusqu’à 650 broutards, pour les préparer, avant de les exporter.
La Chambre d’Agriculture de la Corrèze voit plutôt cette reprise d’un bon œil.
Mais problème : faute d'activité récente sur le site, l'autorisation d'exploitation a expiré. Légalement, il faut donc un avis de consultation du public.
À partir de ce mardi 26 mars, et jusqu’au 23 avril prochain, les habitants de Chabrignac sont donc invités à consulter le projet, en mairie, et à faire part de leurs remarques.
Alors réouverture ou pas, il faudra attendre quelques semaines avant de le savoir…
 
L’atelier d’engraissement de Chabrignac va-t-il rouvrir ?
En vente depuis 2016, l’atelier d’engraissement de Chabrignac en Corrèze intéresse d’éventuels repreneurs. Problème : son autorisation d’exploitation a expiré. Il faut donc un avis de consultation du public. Intervenant : Tony Cornelissen, président de la Chambre d'agriculture de la Corrèze  - Équipe : J Radenac, R Abd El Nour, M Fillon

 

Sur le même sujet

Le trafic SNCF interrompu entre Paris et Bordeaux en raison d'une manifestation sur les voies à Vendôme

Les + Lus

Les + Partagés