• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un appel aux dons pour restaurer la Collégiale Saint-Martin de Brive

© F3 Limousin
© F3 Limousin

La Ville de Brive recherche des mécènes pour financer 10% de la facture totale de la restauration de l’édifice. Elle compte sur l’intérêt que peuvent porter particuliers et entreprises brivistes pour leur patrimoine.
 

Par Isabelle Rio

Besoin de restauration

La Collégiale Saint-Martin de Brive, classée monument historiques en 1862, a besoin d'un coup de neuf. De lourds travaux pour un coût de 600.000€ : Electricité, réfection des colonnes et relevage de l'orgue.

L’orgue monumental : une merveille de 1860

Sa préservation passe par son relevage, c’est-à-dire un dépoussiérage approfondi, et quelques travaux. L’intervention est très complexe, le coût est évalué à 150.000€.
Construit par l’un des plus importants facteurs d’orgue de l’époque, il a subi quelques transformations au fil des décennies. Sa dernière restauration remonte à 1989 et de telles opérations sont généralement effectuées tous les 20 ans. Si deux fois par an, il est accordé par la ville, sa dégradation aujourd’hui pose problème. Plusieurs mois d’intervention d’artisans d’art vont être nécessaires.

Une visite commentée sur rendez-vous est effectuée par l’organiste titulaire en été et lors des journées du patrimoine.

Un financement participatif

C’est un décret de 2015 qui a ouvert aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics la possibilité de recourir à ce mode de financement. La Ville de Brive expérimente donc cette demande de financement, espérant que la rénovation de l’orgue comme la restauration de la Collégiale sensibilisent une partie de la population briviste.

La Ville espère atteindre 10% de la facture par cet appel à financement qui va débuter dans quelques jours le 1er avril 2019, via la Fondation du Patrimoine.
 
Appel aux dons pour la restauration de la Collégiale Saint-Martin à Brive
La Ville de Brive compte sur les brivistes pour financer 10% de la facture de restauration de la collégiale, via un appel aux dons à compter du 1er avril 2019.

Et le loto du patrimoine ?

Cette idée, initiée par Stéphane Bern pour aider à la sauvegarde du patrimoine français, est mise en action par la Fondation du Patrimoine alliée à la Française des jeux.

Cette année, ce loto du patrimoine aura lieu le 14 juillet 2019. Douze jeux de grattage seront également dédiés à la sauvegarde du patrimoine du 13 au 15 septembre 2019. La mission a sélectionné 118 sites, dont 18 emblématiques. Aucun en Limousin. Une attention particulière sera portée aux projets des centre-bourgs pour les redynamiser. 

En 2018, ce loto du patrimoine avait été organisé la veille des journées du patrimoine. 269 projets avaient été pré-sélectionnés sur 2000 dossiers de candidature, dont 9 en Limousin. 18 monuments emblématiques avaient été retenus pour ce loto du patrimoine, hélas aucun en Limousin. Ce loto avait rapporté 22 millions d’euros à la fondation, mais taxés à concurrence de … 14 millions. Stéphane Bern, découragé, milite pour que ce loto du patrimoine soit exonéré.

Plusieurs chantiers en Limousin

En Haute-Vienne, en Corrèze, en Creuse plusieurs chantiers de restauration de patrimoine sont en cours. Certains font l'objet d'un financement participatif, liste ici

D'autres sont financés intégralement par les institutions comme à Bénévent-l’Abbaye, où le clocher de l’abbatiale fait peau neuve, ou plutôt, toit neuf. L'ancienne toiture de bardeaux posée en 1962 va être remplacée à l'identique avec les fameuses tuiles de bois. Un chantier de plusieurs mois pour ce patrimoine classé monument historique, et, fait rare, un chantier 100 % creusois, du bardeau à la main d'oeuvre.
Un chantier monumental de 272 m2  tout en finesse, avec 32000 tuilles retaillées avant d'être posées. Un savoir-faire ancestral que maitrise l’entreprise familiale Richard, spécialisée.
 
Le clocher de Bénévent l'abbaye en Creuse fait peau neuve, ou plutôt, toit neuf
L'ancienne toiture de bardeaux posée en 1962 va être remplacée à l'identique avec les fameuses tuiles de bois. Un chantier de plusieurs mois 100 % creusois. Interviennent : Claude Basgrot Couvreur entreprise Martinet (23), Olivier Domy entreprise Richard (23) - Marielle Camp Nicolas Chigot Bastien Boulesteix F3 Limousin

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pierre Thépot, directeur du groupe hospitalier de La Rochelle – Ré – Aunis. 

Les + Lus