Corrèze : le traditionnel sapin de Noël de Bordeaux racheté par la ville de Malemort

Publié le
Écrit par Camille Bechetti et Corentin Alloune
durée de la vidéo : 01min 39
Reportage de Camille Becchetti et Eléa Tymen à Saint-Etienne la Geneste (Corrèze), le 21 novembre 2022. ©FTV

Pour la seconde année consécutive, le traditionnel sapin des forêts de Corrèze trouve de nouveau refuge à Malemort. Un désir de faire perdurer un savoir-faire, pour l'édile de la commune.

À l’approche des fêtes de fin d’année, une tradition se prépare dans la forêt de Saint-Étienne-la-Geneste, en Corrèze, ce 21 novembre 2022 : la découpe du sapin de Noël. Il faut d’abord trouver celui qui dessine parfaitement les courbes du roi des forêts pour décorer la ville de Malemort et non celle de Bordeaux qui a opté pour une version durable.

"Il faut qu’il fasse une moyenne de vingt mètres et que les branches soient bien toutes égales. Tout ce qu’il faut pour mettre les guirlandes !" s’exclame Michel Boutal, propriétaire du terrain.

2,5 tonnes et 18 mètres de hauteur

La perle rare trouvée, le chant des tronçonneuses commence. Cette année, l’heureux élu mesure 18 mètres de haut et est âgé de 25 ans. Il a naturellement poussé sur le terrain corrézien de Michel Boutal. Depuis deux années consécutives, il fournit le gigantesque conifère à la commune de Malemort, à quelques pas de Brive, pour les fêtes de fin d’année.

Quelques difficultés persistent pour le transport du sapin. "Il faut faire très attention à ne pas casser les branches. Vu le poids du tronc, en le posant, les têtes de branches peuvent casser assez rapidement", raconte l'un des bûcherons.

2,5 tonnes de bois et d’épines à transporter jusqu’au giratoire de Malemort pour sa dernière vie et non plus à Bordeaux. 

Un symbole 

Depuis 2021, le sapin des forêts de Corrèze a été remplacé par un sapin de verre à Bordeaux, en Gironde, dans le cadre des festivités de Noël. L’œuvre de onze mètres de haut ne convient pas à tout le monde. Ce symbole de tradition a trouvé asile à Malemort, à quelques kilomètres de Brive.

"Je pense que d'avoir des symboles forts en disant qu'on est attachés à la sylviculture et à nos agriculteurs, c'est montrer aux Corréziens qu'on a des ressources extraordinaires. Il faut continuer à planter ces petits sapins pour qu'ils deviennent un peu plus grands afin de faire la joie des petits pour les fêtes de fin d'année", raconte Laurent Darthou, maire de Malemort. 

Le sapin sera réutilisé pour construire des bancs qui longent la Corrèze. Œuvre d'art durable ou respect des traditions, deux visions des fêtes d'années s'opposent. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité