"Il a traversé toute la France avec son accordéon." Hommage au musicien François Martini

Grande figure de l’accordéon, François Martini s’est éteint à l’âge de 90 ans. Ses obsèques se tiennent en l’église de Chaumeil, en Corrèze, ce mardi 9 janvier 2024.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"On perd une très grande figure", confie Bernard Rual, accordéoniste, aussi maire de Chamberet. 

François Martini, c’était un homme d’une grande gentillesse, humble, serviable. C’était un excellent musicien qui a fait sonner tous les airs des Monédières. Il a traversé toute la France avec son accordéon.

Bernard Rual, accordéoniste et maire de Chamberet

 Nous l'avions rencontré en mars 2019 pour recueillir ses souvenirs de musicien : 

Avec Sébastien Farge, Bernard Rual jouera en son hommage ce mardi après-midi, à 14 h 30 en l’église de Chaumeil.

  Une figure des Monédières

Le roi de l’arène, Bruyère corrézienne, Ritournelle de Chaumeil, en Corrèze, ces mélodies résonnent encore. Ces morceaux ont fait le tour du pays grâce à François Martini. Avec Jean Ségurel et Robert Monédière, l’accordéoniste, né 31 mars 1933, à Chaumeil, faisait partie des trois grands noms de ce territoire. Il participait à l’âme du Massif des Monédières.

Alors âgé de quatorze ans, François Martini, inspiré par Jean Ségurel, souhaite apprendre cet instrument. Ses premiers pas, il les fait avec son modèle. Puis Ségurel l’envoie à l’école de musique de Tulle.

Tous les jeudis, j’allais à Tulle à vélo pour aller à mon cours d’accordéon. Pour y aller ça va, mais c’est pour remonter… Ça faisait 60 kilomètres. C’était comme ça à l’époque.

François Martini, accordéoniste.

Avant de gagner sa vie de sa passion, il travaille comme paysan avec ses parents. Il élève les cochons, les vaches et en parallèle, François Martini apprend l’accordéon.

"On faisait les noces et les petits bals de campagne sur une table, y avait pas d’estrade à l’époque. Et puis après, j’ai eu l’orchestre François Martini et c’est parti."

Le musicien commence par jouer près de son village, puis il se rend dans toute la moitié sud de la France pour donner les airs fameux de Ségurel mais aussi les grands classiques de l’accordéon comme La Montagne de Jean Ferrat ou des paso doble comme le roi de l’arène.

 

Le Bol d’Or

Certains concerts restent inoubliables comme le Bol d’Or. Crée en 1952, l’événement, un critérium qui se tenait après le Tour de France, rassemblait quarante accordéonistes sur scène, avec les plus grands comme Clody Musette, Robert Monédière, Jean Ségurel, et bien sûr François Martini.

Bernard Rual se rappelle du musicien à cette époque-là.

 

Il avait une grande hospitalité pour tous les accordéonistes qui venaient à Chaumeil. Il prêtait sa grange pour qu’ils se restaurent, son terrain pour les parkings et chez lui, c’était le restaurant du jour.

Bernard Rual, accordéoniste et maire de Chamberet

 

Fête familiale et populaire, le Bol d’Or contribuait à véhiculer une image formidable de Chaumeil. Dans les années 80, ça rayonnait très loin, raconte Bernard. J’ai connu 50 000 personnes au Bol d’Or. Les décès de deux organisateurs du Bol d’Or, Michel Monédière en 2021 puis Alain Ségurel en 2022, ont marqué un tournant. Une nouvelle page se tourne avec la disparition de François Martini.

Mais, Bernard Rual, doté de l'ancien accordéon de François Martini - qu'il lui avait acheté il y a plusieurs années - va pouvoir continuer de diffuser ses airs. "C'est un instrument extraordinaire, Maugein. Il était accordé Jean Ségurel. Jean Ségurel avait fait faire un son d’accordéon qui se marie très bien aux musiques qu’il avait composées. C'est un accordéon basson, façon cinq voix. Ça plaisait au public. Moi, ça me plaisait pour faire le répertoire des Monédières. C’est un son inexplicable qui a une âme que François a passé tout son temps à mettre en valeur." 

Ce mardi 9 janvier après-midi, Bernard Rual, au côté de la femme de François Martini, Denise, de ses deux filles, Isabelle et Christine, vont rendre hommage à l'homme, mais aussi au formidable musicien. Aussi professeur d'accordéon, il a largement participé à transmettre la magie de cet instrument aux jeunes Corrèziens. 

En sa mémoire, au sein de l'église de Chaumeil, les accordéonistes joueront son morceau à succès Ritournelle de Chaumeil, ou encore Bol d’or des Monédières, et l'Ave Maria.