Polémique : fausses notes dans les églises de Brive ?

Les prêtres de la congrégation Saint-Martin ont demandé aux chorales se produisant dans les églises de Brive et des communes alentours de retirer les morceaux profanes de leur répertoire au risque d'être privées de concert.

L'église d'Estivals accueillera in extremis le concert du festival Notes d'une vallée d'été le 23 août prochain
L'église d'Estivals accueillera in extremis le concert du festival Notes d'une vallée d'été le 23 août prochain © F3 Pays de Corrèze
La communauté Saint-Martin qui est en charge des églises de la paroisse de Brive prie les chorales de retirer les morceaux profanes de leur répertoire au risque d'être privées de concert. 

En tant qu'affectataires des églises, les prêtres sont dans leur droit, ils sont libres d'y autoriser ou non certains usages culturels. Pour l'évêque de Tulle, la communauté Saint-Martin ne fait là qu'appliquer les recommandations de Rome.

"Ce qui pose problème, explique Monseigneur Francis Bestion, évêque de Tulle, ce sont les chorales qui chantent de la chanson française et là-dedans il y a des chansons légères qui ne sont pas du tout adaptées au lieu sacré que représente l'église (...) Les églises ne sont ni des salles polyvalentes, ni des salles de spectacles, ni des auditoriums"


Ce durcissement a bien failli faire annuler la 12ème édition du festival de musique d'Estivals. Un temps jugé inappropriés, des chants traditionnels d'Amérique du Sud seront finalement autorisés, un soulagement pour l'organisateur qui défend le droit des associations rurales à faire vivre des églises de village trop souvent fermées. Un appel à l'indulgence et à la bienveillance que les chorales espèrent faire entendre.


Une communauté en plein développement



La communauté Saint-Martin s'est vue confier les offices de la paroisse de Brive en septembre 2017 par l'évêque de Tulle. Fondée en 1976 par l’abbé Jean-François Guérin, elle fait aujourd’hui partie des plus dynamiques du pays en matière de vocations selon nos confrères de La Croix et pallie ainsi la pénurie de prêtres dans plusieurs diocèses en France.
Un succès analysé par le sociologue Jean-Louis Schlegel dans le magazine Challenges : "Ils manifestent une identité heureuse, dans une forme ancienne, et ça plaît".


Pour en savoir plus, retrouvez l'interview intégrale de Monseigneur Francis Bestion, évêque de Tulle

 
Interview de l'évêque de Tulle sur la communauté Saint-Martin ©F3 Pays de Corrèze
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société polémique