L'entreprise corrézienne UV Germi va équiper 15 bassins pour les JO 2024

Publié le

A l'occasion des Jeux Olympiques, la société Corrézienne UV Germi a été sélectionnée pour traiter les quinze bassins du Centre Aquatique Olympique de Saint-Denis. Une fierté pour cette entreprise.

UV Germi, société française fondée par André Bordas en Corrèze et spécialisée dans les traitements de l’eau, de l’air et des surfaces grâce à l’utilisation d’ultraviolets, va équiper quinze bassins du Centre aquatique olympique et ceux de plusieurs centres d’entraînement et de préparation de déchloraminateurs UVDECHLO à l’occasion des prochains Jeux olympiques de Paris 2024. 

Les chloramines, qu'est ce que c'est ?

Les chloramines sont produites par la réaction entre le chlore et les matières organiques présentes dans l’eau comme la sueur, les restes de cosmétique, la salive, l’urine ou les peaux mortes provenant des baigneurs.

Néfastes pour la santé des baigneurs et pour celle des professionnels des établissements de piscines intérieures, elles irritent les yeux et les voies respiratoires. 

La Corrèze aux JO

Pour détruire ces chloramines, la société UV Germi a mis au point un appareil : le déchloraminateur. L'objectif : assainir l’eau en quelques secondes et sans chimie.

"Concrètement, pour réaliser ce traitement, l’eau traverse un appareil qui se compose d’une chambre hermétiquement close (appelée réacteur) et d’une ou plusieurs lampes UV. En sortie de l’appareil, l’eau est dépolluée en micro-organismes et identique chimiquement. Le procédé est totalement écologique", explique Eric Gouzon, responsable commercial chez UV Germi.

Spécialiste de la dépollution de l'eau, de l'air et des surfaces par UV de haute technologie, la société corrézienne, localisée à Saint-Viance, en Corrèze, a reçu la commande de quinze déchloraminateurs baptisés "UVDECHLO" pour les JO 2024.

Construits pour accueillir les épreuves aquatiques de natation artistique, waterpolo et plongeon de 2024, ces nouveaux bassins sont conçus pour fonctionner de façon pérenne. Au-delà des Jeux Olympiques, ils pourront accueillir les plus grandes compétitions nationales et internationales. 

Il y aura une quinzaine de sites qui serviront à la fois pour les compétitions et aussi pour le repli et l'entraînement des grands nageurs.

Eric Gouzon, responsable commercial UV Germi

Les projets concernés sont ceux du Centre Aquatique Olympique de Saint-Denis et des centres de préparation et d'entraînement de Taverny et de Vichy. La société estime que d'autres sites pourraient s'ajouter à ces premières commandes.

Nos athlètes n'ont donc pas de soucis à se faire. Ils pourront nager en toute sécurité et dans une atmosphère saine.

Les UV, une technologie efficace et naturelle

Le soleil est connu pour son effet assainissant sur l’eau grâce à l’émission d’une lumière invisible pour l’œil humain : la lumière ultraviolette.

Ces rayons ultraviolets sont appelés UV. Il faut distinguer les rayons UV-A, UV-B et UV-C. Ces derniers, à une longueur d’onde précise de 253,7 nanomètres ont une action naturelle stérilisante sur les bactéries, les virus et les parasites. 

Au contact des UV, les chloramines deviennent donc inoffensives. Le principe du traitement est d’exposer un fluide ou une surface au rayonnement UV. La technologie des rayonnements ultraviolets est appliquée aussi bien pour le traitement de l’air, de l’eau et des surfaces, et cela, sans utiliser de composants chimiques.

Autre avantage de ces déchloraminateurs : l'économie d'eau. Plus besoin de volumes importants pour se débarrasser des chloramines. Grâce aux UV, les piscines consomment deux fois moins d'eau qu'avant.

Vincent Dinard, directeur de la piscine de Brive la Gaillarde a fait le choix d'installer des déchloraminateurs en 2015. Le résultat est impressionnant.

On est entre 50 et 60 litres d'eau renouvelée par baigneur quotidiennement alors qu'on pourrait être à 150 litres.

Vincent Dinard, directeur de la piscine de Brive la Gaillarde.