Les piscines municipales d'été coûtent trop cher en Corrèze

© F3 Limousin
© F3 Limousin

Les piscines municipales d'été n'ont pas la santé en Corrèze. L'entretien, le personnel et parfois les mises aux normes, sont des éléments qui nécessitent un apport financier important. Des mairies sont parfois contraintes de fermer et de s'en séparer comme à Bassignac-le-Haut. 
 

Par Thibault Marotte

Construite pour être un lieu de loisirs et de rassemblement pour les habitants d'une commune, les piscines municipales d'été demandent des efforts financiers considérables. Au point parfois d'envisager de la fermer. 

A Bassignac-le-Haut, la piscine municipale est à vendre. « La piscine nous coûtait 35 000 euros au minimum par an et nous avons l'obligation de la mettre aux normes, nous en avons pour 200 000 euros », déplore Jean-Claude Turquet, le maire de la commune. 

Ouverte en 1971, la piscine à ciel ouvert serait pourtant en passe d'être rachetée. Une nouvelle qui rassure les habitants dans l'espoir d'un projet solide et intéressant. 

D'autres communes, ne se résignent pas à se séparer de leur piscine. A Argentat, malgré un déficit d'exploitation de 40 000 euros en 2017, la mairie ne fermera pas la piscine municipale. Une somme qui s'explique par la nécessité d'un personnel actif dès le lever du soleil et jusqu'en début de soirée. 

Nettoyage du site, contrôle des eaux et les aspects administratifs et comptables, sont un budget conséquent pour la commune d'Argentat. Il existe une vingtaine de piscines municipales en Corrèze pour l'été.
Les piscines municipales coûtent trop cher en Corrèze
Reportage : Caroline Huert Intervenants : Jean-Claude Turquet (Maire de Bassignac-le-Haut), Tony Marthiens (Habitant de Bassignac-le-Haut), Emmanuelle Pes (Responsable du pôle éducation et loisirs de la ville d'Argentat), Anne Vieillemaringes (Adjointe au maire d'Argentat, en charge du tourisme)

Sur le même sujet

Safran dédommage Dassault pour moteur défectueux avec un chèque de 280 millions de dollars

Les + Lus